L'age d'homme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 334 (83377 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LIRE LEIRIS, AUTOBIOGRAPHIE ET LANGAGE

TABLE DES MATIÈRES

PRÉLUDE                              

CHAPITRE I : NUMÉRO ZÉRO

1. L’ordre du texte                          
2. Autoportrait (pp. 25-29)                      
3. Métaphysique de mon enfance (pp. 30-40)         
4. La lacune                         
5. Bifurcation                         
6. L’ordre du texte (pp.40-42)                 
7. Numéro zéro                         

CHAPITRE II : TRAGIQUES

1. Faust et Méphisto (p. 43)                    
2. Première lecture                        
3. Tragiques (pp. 44-52)                    
4. La ligne d’illusion                    
5. Rêve très ancien                        

CHAPITRE III : ANTIQUITÉS

1. Rêve et autobiographie                   
2. Rêve fait en juillet 1925 (p. 53)                
3. Allégorie (pp. 53-55)                    
4. Judith et Lucrèce (pp. 55-56)                
5. Antiquités (pp. 56-68)                    

CHAPITRE IV : ET CETERA

1. Perpétuel pet de reptile                
2. L’âge d’homme                        
3. Canapé-lit                         
4. Désert irisé                        

CHAPITRE V : BREF SUR BIFFURES

Bref                             
Critique                           
Délai                            
Glossaire                        
Tresse                            
Rêve                            
Ouvroir                          
Demi-sommeil                       
Porte-à faux                       

ÉPILOGUE                      

POST-SCRIPTUM à LIRE LEIRIS (1976)       

PRÉLUDE

1. POÉSIE ET VÉRITÉ
        Michel Leiris a introduit dans la pratique de l’autobiographie un changement capital, le seul peut-être que ce genre ait connu depuis longtemps. En considérant son histoire comme celle d’un être de langage, il a changé le lieu de la quête autobiographique, et frayé à l’écriture de nouvellesvoies. À chacun de nous, il offre une nouvelle manière de dire sa vie. Dans cet essai, j’essaierai à la fois d’analyser le plus rigoureusement possible cette mutation et d’en témoigner moi-même en mettant en scène l’expérience de ma lecture.
        Michel Leiris est surtout connu du grand public par la seule de ses œuvres autobiographiques qui ait été publiée en collection de poche, L’Âge d’homme.Moins nombreux sont ceux qui connaissent et pratiquent les autres aspects de cette recherche : les jeux de mots de Glossaire j’y serre mes gloses, les récits de rêve de Nuits sans nuit, le journal de L’Afrique fantôme, et surtout les trois volumes de sa seconde autobiographie, Biffures, Fourbis et Fibrilles, publiés sous le titre d’ensemble de La Règle du jeu. Ces textes sont sans doute plusreprésentatifs de la mutation dont j’ai parlé que L’Âge d’homme ; j’ai pourtant choisi de m’appuyer dans cet essai sur un commentaire de L’Âge d’homme, parce qu’il m’a semblé que, resitué dans ses relations avec les autres textes, il pouvait servir de point de départ pour une analyse générale de l’écriture de Leiris.
        Trompé par les apparences, un lecteur qui ne connaîtrait de l’œuvre de Leirisque L’Âge d’homme et La Règle du jeu serait tenté de les définir par opposition. L’Âge d’homme serait une autobiographie de type traditionnel : écriture soignée des souvenirs d’enfance ; solution moderne donnée au problème classique de la composition thématique, par le montage de constellations d’images ; littérature d’aveu sexuel, revue et corrigée à la lumière de Freud, mais au fond peu différentede la tradition inaugurée par Rousseau et reprise quelques années plus tôt par Gide. Dans cette perspective, la préface ajoutée en 1946, « De la littérature considérée comme une tauromachie », serait une sorte de chant du cygne, ou d’oraison funèbre, de la problématique de l’autobiographie classique. Avec Biffures commencerait une ère nouvelle : Leiris n’y donnerait plus une solution moderne...
tracking img