L'agonie de la voie royale de malraux

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1921 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Agonie de La Voie Royale, Malraux

▬▬▬▬▬▬▬▬

[« Le visage a imperceptiblement cessé d’être humain », pensa Claude. Ses épaules se contractèrent ; l’angoisse semblait inaltérable comme le ciel au-dessus de la lamentation funèbre des chiens qui se perdait maintenant dans le silence éblouissant : face à face avec la vanité d’être homme, malade de silence et de l’irréductible accusation dumonde qu’est un mourant qu’on aime. Plus puissante que la forêt et que le ciel, la mort empoignait son visage, le tournait de force vers son éternel combat. « Combien d’êtres, à cette heure, veillent de semblable corps ? » Presque tous ces corps, perdus dans la nuit d’Europe ou le jour d’Asie, écrasés eux aussi par la vanité de leur vie, pleins de haine pour ceux qui au matin se réveilleraient, seconsolaient avec des dieux.] [Ah ! qu’il en existât, pour pouvoir, au prix des peines éternelles, hurler, comme ces chiens, qu’aucune pensée divine, qu’aucune récompense future, que rien ne pouvait justifier la fin d’une existence humaine, pour échapper à la vanité de le hurler au calme absolu du jour, à ces yeux fermés, à ces dents ensanglantées qui continuaient à déchiqueter la peau !... Echapper àcette tête ravagée, à cette défaite monstrueuse ! Les lèvres s’entrouvraient.]
[« Il n’y a pas… de mort… Il y a seulement… moi…
Un doigt se crispa sur la cuisse.
…moi…qui vais mourir… »
Claude se souvint haineusement, de la phrase de son enfance : »Seigneur, assistez-nous dans notre agonie… » Exprimer par les mains et les yeux, sinon par les paroles, cette fraternité désespérée qui le jetaithors de lui-même ! Il l’étreignit aux épaules.
Perken regardait ce témoin, étranger comme un être d’un autre monde.]

▬▬▬▬▬▬▬▬

André Malraux est né en 1901 et mort en 1976. Ecrivain, homme politique et aventurier français, il a d'abord fait connaissance avec l'Asie comme étudiant à l'École des langues orientales. En 1923, il part pour l'Extrême-Orient où, jusqu'en 1927, il participe à desexpéditions archéologiques, n'hésite pas à se mêler aux combats qui agitent la Chine d'alors sous les couleurs du Kuomintang. Il rapporte alors son expérience asiatique dans plusieurs romans : La Condition humaine qui lui vaut le prix Goncourt en 1933, Les Conquérants (1928), et La Voie royale (1930) qui nous étudions ici.

▬▬▬▬▬▬▬▬

Présentation de La Voie Royale

La Voie Royale est le romanle plus autobiographique de Malraux. Le personnage du jeune archéologue Claude Vannet peut être considéré comme un double de Malraux. Le livre se présente d’abord comme un roman d’aventures qui raconte l’expédition de deux européens dans la jungle indochinoise ; d’abord à la recherche de sculptures qu’ils veulent ramener en Europe, ils veulent ensuite partir à la reconquête du « royaume » dePerken. Mais le roman dépasse finalement largement le cadre de la simple aventure, son ambition est beaucoup plus fondamentale. Il s’agit pour Malraux non plus seulement de distraire le lecteur, mais de le faire réfléchir sur sa condition humaine et sur ses enjeux. Le roman peut être considéré jusqu’à un certain point comme la matrice de toute l’œuvre de Malraux, car il y développe les obsessionsfondamentales de nos terres. Au premier chef on trouve un sentiment tragique de la vie avec l’obsession de la mort. Elle y apparait dans toute son étendue : une présence qui détruit les individus, mais également les productions de l’homme. Le roman esquisse enfin la réponse que Malraux va tenter d’apporter au tragique de la condition humaine, c’est donc également celle de Claude au début du roman :l’homme peut combattre provisoirement la toute puissance de la mort, Malraux dira « L’art est un antidestin ». Selon Malraux, et également selon Perken, le destin regroupe toutes les formes de l’impuissance humaine. Selon ces deux hommes, être homme c’est lutter contre le destin. L’art est alors le seul moyen d’éterniser l’homme, et de vaincre le destin.

Situation du passage

L’archéologue...
tracking img