L'albatros

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2174 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Les fleurs du mal »
de Baudelaire

Baudelaire est un des poètes les plus célèbres du XIXe siècle né à Paris en avril 1821. C’est un poète romantique au début puis petit à petit il va moderniser ses œuvres. Il a définit les principes créateurs de la poésie moderne, du romantisme au symbolisme. Durant sa longue quête insatisfaite de la Beauté, il se voit constamment partagé entrel'extase et l'horreur de la Vie. En 1857 il publie les fleurs du mal. Le poète divise son recueil en six parties : les fleurs du mal, spleen et idéal, le vin, tableaux parisiens, révolte .
Le recueil aurait dû s'appeler Les Limbes ou encore Les Lesbiennes seulement ces titres étant trop provocants il lui a été interdit de les publier sous ce nom. Son recueil s‘appellera donc « les fleurs dumal » . Le titre de son recueil est un véritable oxymore « les fleurs » amènent à penser à la pureté, la beauté, le bonheur, l’épanouissement, l’éclat … cela peut faire penser à la beauté de la femme, à la présentation d’une femme idéalisée dans la plus part de ses poèmes alors que le « mal » au contraire rapporte à la souffrance, la laideur, la peur, la misère, l’horreur ou encore sur un planreligieux, car Baudelaire est très religieux. Le « mal » correspond au démon, à l’enfer ce qui amène à penser à l’inaccessibilité de la femme idéalisée ceci est démontré par l’emploi de la comparaison de cette femme à une déesse donc un personnage non mortel ou encore à une muse qui représente l’inspiration du poète. Le titre annonce la partie « spleen et idéal » avec le contraste du dégoût de lavie et de l’idéalisation d’une chose ou d’une personne, entre autre dans les poèmes de Baudelaire c’est particulièrement l’idéalisation de la femme ou des paysages. Baudelaire veut mettre en valeur dans ses poèmes ce contraste entre la beauté et le mal, il veut démontrer dans ses poèmes qu’il y a de la beauté dans le mal .

Le spleen est la mélancolie sans cause apparentecaractérisée par le dégoût de tout autre chose. Contrairement à l’idéal qui, lui, est quelqu’un ou quelque chose qui comporte tous les critères attendus, ce qui donnerait une parfaite satisfaction .
La différence entre ces deux termes est très bien démontré dans le poème l’alchimie de la douleur  dont le premier quatrain croise explicitement les deux sensations .
« l’un t’éclaire avec sonardeur, l’autre en toi met son deuil, nature ! »
La partie « spleen et idéal » comporte 85 poèmes tous différents mais ayant un point commun qui est le fait de défendre chacun soit le spleen soit l’idéal.

Pour moi, on peut distinguer plusieurs grandes manifestations du spleen.
Je pense que le spleen peut se manifester par les expressions de peur, de tristesse et d’ennui« angoisse » dans l’irrémédiable . «  angoisses atroces » dans le spleen LXXVIII « la souffrance » et «sanglots » dans l’héautontimoroumémos ou encore dans l’obsession. « cauchemar » dans la muse malade « effrayant » et  « douleurs » dans l’horloge « des larmes » dans le tonneau de la haine « les ennuis » dans élévation « l’oubli » et « triste » ou encore «  en pleur » dans les phares . Dansl’irrémédiable le poète montre qu‘il essaye de combattre sa douleur mais n’y arrive pas il est au bord du gouffre et donc au bord de la mort  « fuir un lieu plein de reptiles » « éternels escaliers sans rampe » . « l’horreur » et « douleur » dans l’ennemi . « Ennui » dans la muse vénale.
Le spleen peut aussi se caractériser par un décor sombre et effrayant ce qui appuie sur l‘ambiance demal-être du personnage « un cœur sombre » dans le goût du néant , « ciel livide » «  de l’obscure » dans l’horreur sympathique « ce poison noir » dans l’héautontimoroumémos « un jour noir » «  drapeau noir » dans spleen LXXVIII
« La nuit » dans l’horloge ou encore dans correspondances « l’ombre » dans les phares.
Baudelaire montre dans la plupart de ses scènes une image sombre avec...
tracking img