L'alcoolisme et la violence

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3409 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dossier actualité sociale:
L’alcoolisme



Le thème ici que je vais aborder est celui de l’alcoolisme, plus précisément celui du lien entre l’alcool et les violences. En effet, l’hypothèse d’une relation causale entre l’usaged’alcool et les actes violents n’a jamais été démontrée intégralement et il semble certain que cette relation ne serait pas systématique et ne concernerait que certains individus en certaines circonstances. L’extrême complexité de la relation alcool et violence est de mieux en mieux établie, sa variabilité selon les individus et les circonstances également. Mais pour autant les publications sur le lienentre consommation d’alcool et violence sont rares, tant en médecine ou en santé publique, du moins en Europe; et c’est pour cela qu’au Etat Unis, de nombreuses données quantitatives ont été enregistrées dans les années 80 fessant ainsi avancer les recherches concernant la question de l’alcool.

D’une manière générale, il est difficile de mesurer ce phénomène et de comparer les différentes étudestant les limites sont difficiles à définir, qu’il s’agisse de la nature des violences (violence physique et/ou verbale, harcèlement….) ou du cadre dans lequel elles s’exercent (intra familiale, en société, sur la route…). Par ailleurs, une certaine familiarité avec les buveurs nous donne une illusion de la connaissance de ce phénomène ce qui complexifie le traitement des malades alcooliques.Ainsi, la problématique alcoolique tend à s’effacer devant d’autres dépendances, moins complexes et moins prégnantes telles que le tabagisme qui fait partie des drogues de premières dépendances. Mais cependant, cette addiction n’attaque pas les capacités psychiques, ne compromet pas la tranquillité des familles ainsi que leur avenir et n’induit pas à une déchéance sociale. Il est donc importantaujourd’hui de prendre en compte ce nouveau fléau et de lever les tabous le concernant qui en matière d’alcoolisme concerne le soin alcoologique. En effet, il n’est pas possible de se sortir du piège de l’alcool seul et sans accompagnement durable et efficace ce qui amène les pouvoirs publics à mettre en place des moyens de lutte contre l’alcoolisme.
Ainsi, dans ma démarche cela m’amène déjà àprésenter le phénomène de l’alcool puis ensuite à l’analyser dans ses représentations et de montrer comment cette question traverse le travail social.



Partie 1 : Présentation du phénomène de l’alcoolisme

* Définition

L’alcoolisme se définit comme une toxicomanie à lasubstance alcool et le malade alcoolique est un sujet alcoolo dépendant : il ne peut contrôler durablement les quantités d’alcool qu’il prend. Ainsi, il est sous l’emprise de cette substance le rendant totalement dépendant physiquement mais également psychiquement, ressentant des troubles lors de l’arrêt de la consommation et a tendance du coup à augmenter les doses pour ne pas ressentir les effets demanques de cette dépendance. La personne alcoolique boit pour les effets psychiques que procure l’alcool : l’euphorie, l’oubli, le courage pour affronter une situation qu’il redoute…… ce qui fait que seule la quantité d’alcool consommée compte et non la qualité qui devient accessoire.-------------------------------------------------
« L’alcoolisme est une addiction à l’alcool contenue dans lesboissons alcoolisée »
Par ailleurs, le malade alcoolique ne consomme pas de l’alcool forcément au quotidien et tous les jours mais il peut en consommer que lors d’événements particuliers tels que les repas ou les cérémonies festives mais de façon excessive. Le manque et le besoin irrépressible de boire s’exprime à des horaires et à des moments variables selon les individus. L’alcoolisation...
tracking img