L'altitude est-elle un obstacle pour le corps humain?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3990 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
TPE

Problématique : L’altitude constitue-t-elle un obstacle pour le corps humain ?

Pourquoi mes performances en altitudes sont elles différentes par rapport à celles en plaine?
((Graphiques température pression et oxygène avec Powerpoint)
Le corps va être obligé de s’adapter pour faire face à ces différents paramètres qui définissent l’hypoxie. En effet, on parle d’hypoxie lorsque laquantité d’oxygène délivrée aux tissus est insuffisante par rapport aux besoins de leurs cellules.

En altitude, la pression barométrique diminue comme le montre le graphe et ainsi la pression en oxygène dans l’air diminue également. Au niveau de l’organisme, il y a donc une baisse de la pression alvéolaire en O2

==> Graphique de la diminution de la VO2 max : dès que l’organisme augmente sesdépenses énergétiques, le manque d’oxygène en altitude devient un facteur limitant de la performance. En effet, il n’y a plus que 10 % d’O2 dans l’air à 5000 mètres par exemple. C’est pour cela que la performance sera diminuée de 30 %.

C’est pour cela que nous vous expliquerons les différentes étapes de l’adaptation du corps face à l’altitude puis des limites de l’organisme et enfin desprécautions à prendre pour effectuer une expédition en altitude. Pourriez-vous ensuite nous expliquer les effets bénéfiques des stages sportifs en altitude ?

Quelles sont les différentes étapes d’adaptation du corps face à l’altitude ?
Il y a deux étapes essentielles à l’adaptation du corps en altitude.

Quel est la première d’entre elles ?

Tout d’abord c’est l’accommodation (puis explication :tachycardie et hyperventilation)
( Tachycardie : Durant les premiers jours d’exposition à l’altitude, le débit cardiaque s’accélère afin de contrebalancer le phénomène de l’hypoxie. En effet, la concentration d’oxygène dans l’air est bien plus faible que la normale. La constante consommation en O2 est donc liée à ces différents facteurs (voir relation). En altitude, la pression alvéolaire en O2est faible. Ainsi les échanges d’oxygène entre les alvéoles pulmonaires et le sang sont moindres, ce qui mènent moins d’O2 dans le sang et qui fait baisser la concentration d’O2 dans le sang. Grâce à notre relation, on se rend compte qu’il faut donc augmenter la fréquence cardiaque afin de fournir aux cellules de l’organisme la quantité nécessaire d’oxygène utile au bon fonctionnement decelui-ci.
Avec le graphisme, notre explication se clarifie. Effectivement, la courbe de la fréquence augmente plus on monte en altitude lors d’une phase de repos en hypoxie aigue. Lors d’une phase d’effort en altitude, cette fréquence cardiaque stagne au maximum car ce débit est limité à partir d’une certaine vitesse.

(Hyperventilation : On constate ici que lors d’une montée en altitude, laventilation augmente visant à amener plus d’oxygène dans le sang. En effet le nombre de molécules dans un même volume d’air en altitude et en plaine sont différents comme nous l’avons vu précédemment (diminution de 50 % à 5000 mètres). Ceci diminue donc la pression alvéolaire en O2 et le corps augmente son débit ventilatoire afin plus d’oxygène par minute. Cependant les échanges entre les alvéolespulmonaires et le sang ne sont pas optimales car l’hémoglobine aura plus de mal à capter ces molécules.
La ventilation à l’exercice maximal augmente jusqu’à 5500 mètres environ, puis diminue, ce qui pourrait témoigner d’une certaine fatigue diaphragmatique. Cependant le travail ventilatoire maximal resterait constant, quelle que soit l’altitude mais la quantité de molécules d’oxygène captée dépendtout de même de l’altitude. C’est pour cela qu’en effort à 2000 mètres sera plus puissant qu’un effort à 6000 mètres.

J’ai effectivement ressenti ces phénomènes mais après une semaine ils avaient quasiment disparu. Comment cela se fait il ?
En effet, après 5 à 7 jours il y a une deuxième phase d’adaptation qui se met en place : L’acclimatation ! 
Elle se traduit par une augmentation de...
tracking img