L'amant de la chine du nord

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1303 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Amant de la Chine du Nord

Marguerite Duras, après avoir vu l’adaptation de son roman l’Amant, écrit en 1984, par Jean Jacques Arnaud, décide d’écrire L’Amant de la Chine du Nord, 7ans plus tard. Il s’agit pour M. Duras, d’un nouveau roman, du « véritable Amant » pour retrouver sa liberté. Elle écrit un roman d’amour, mélangé à un scénario de cinéma avec une touche de fiction. On remarqueici du « Nouveau Roman ». M. Duras utilise un genre propre à elle, que l’on ne peut définir. En effet, il ne s’agit pas d’un simple scénario avec des paysages, des situations mais aussi d’un roman d’amour avec de la sensualité mélangée à de l’étrangeté. De plus la façon dont elle a de faire passer des images, des sensations avec juste trois, quatre mots; ces ellipses; ces répétitions; tout cela crééde la fiction. Personnellement, je ne vois aucun autre auteur capable de faire mieux dans le genre de M. Duras.
L’Amant de la Chine du Nord parut en 1991, aux éditions Gallimard, à la suite de la mort du personnage Thanh. M. Duras explique dans sa préface qu’elle avait le choix entre plusieurs titres comme « L’Amant recommencé » ou encore « L’Amour dans la rue » mais elle cibla son choix entredeux titres plus réels, « L’Amant de la Chine du Nord ». En effet en plus de cette histoire d’amour entre les deux amants, on retrouve un lieu, un univers, qui alimente leur relation. Je pense que si cette histoire ne s’était pas passée en Indochine, leur relation n’aurait pas été si forte et en même temps si interdite.
L’amant chinois, Lui, un riche fils de famille chinoise et L’Enfant, Elle,jeune adolescente d’à peine 15ans sont les personnages principaux. La « mère » est un personnage inévitable pour Duras, une femme dénigrée. Les deux frères, le petit, Paulo, le premier amour de L’Enfant et enfin Pierre, violent et criminel contre Paulo. On termine par Hélène Lagonelle, l’ami de L’Enfant à la pension Lyautey. M. Duras utilise chaque personnage pour nous décrire un paysage, un lieu,des sentiments ou encore une situation narrative. Elle arrive à mettre en évidence la réalité de ces personnages grâce à ces descriptions ou encore à la banalité du dialogue.
L’Amant de la Chine du Nord est un récit autobiographique sur l’histoire d’amour de M. Duras pour un homme plus âgé. Cette histoire se passe en Indochine coloniale française d’avant guerre.
L’enfant et le Chinois, unehistoire d’amour ? une histoire en tout cas tragique. Dans l’Indochine, ces deux personnages se découvrent, s’aiment et se haïssent. Puis se perdent. Autour de la mère, et des deux frères de L’Enfant, leur amour n’aura qu’un destin fatal. C’est dans cette histoire d’amour interdit qu’est la tragédie. On retrouve de la passion, de la sensualité mêlée à de la tristesse. Ce roman raconte une rencontredéterminante dans l’existence de L’Enfant, une rencontre qui devient tabou par l’influence de sa mère. L’Enfant vit une histoire d’amour avec le Chinois, seulement autour de celle-ci, gravitent d’autres histoires d’amour et d’amitié, comme avec L’Enfant et son frère Paulo.

Marguerite Duras se singularise dans son écriture en 1958 avec son roman Moderato cantabile, où les dialogues deviennentle récit. Les thèmes sont mis en place comme le désir, la passion qui amènent a une mort inéluctable.
En 1959, elle commence sa carrière filmographique avec le scénario d’Hiroshima mon amour, c’est alors que M. Duras s’impose avec son propre style, qui mélange le « Nouveau roman » et un genre propre à elle. Son écriture met en évidence les dialogues, supprime la psychologie des personnages et lescodes du roman balzacien, et enfin les thèmes du désir, de la passion, de l’oubli, et de la mort.
En tant que scénariste, M. Duras met en avant une écriture personnelle dont les codes théâtraux et romanesques.
Le style de M. Duras se classe en deux grandes périodes : l’Indochine, avec des éléments autobiographiques de l’enfance de M. Duras comme Le Vice-Consul en 1965 ou encore L’Amant de la...
tracking img