L'amant marguerite duras

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1427 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ Amant, réalisé par Jean-Jacques Annaud d’après le roman de Marguerite Duras.

Réalisé par Jean-Jacques Annaud et sorti en 1992 d’après le roman de Marguerite Germaine Marie Donadieu – nom de plume Marguerite Duras – et pour lequel celle-ci reçut le prix Goncourt en 1984 (date de sa publication) et le prix Ritz-Paris-Hemingway (meilleur roman publié en anglais) en 1986. Elle renia cetteadaptation dans laquelle elle ne reconnut pas le message qu’elle voulait faire passer et réécrivit L’Amant de la Chine du Nord, paru en 1991.
Marguerite Duras naît le 4 avril 1914 à Gia Dinh (Saigon), en Indochine française et décèdera le 3 mars 1996 à Paris. Son œuvre se distingue par sa diversité et sa modernité qui renouvelle le genre romanesque et bouscule les conventions théâtrales etcinématographiques. C’est un roman d’inspiration autobiographique qui la révèle au public Un Barrage contre le Pacifique. Elle est associée au mouvement du Nouveau Roman et publie des œuvres qui font connaître sa voix particulière avec la déstructuration des phrases, des personnages, de l’action et du temps et ses thèmes comme l’attente, l’amour, la sensualité féminine ou l’alcool.
L’Amantest une autofiction sur les expériences sexuelles de son adolescence dans l’Indochine des années trente qu’elle écrira à l’âge de septante ans, soit cinquante cinq ans après les événements…C’est le temps qu’il lui faudra pour accéder à elle-même et révéler enfin les sentiments que lui inspirera le jeune Chinois ainsi que les liens difficiles qui l’unissaient à sa mère et à ses frères. Elle évoquesa relation interdite avec un Saïgonnais de plus d’une trentaine d’années, issu d’une riche famille de banquiers alors qu’elle n’a que quinze ans et demi et que sa pauvreté est plus qu’évidente. Dans cette Indochine (ancienne colonie française regroupant l’Annam, la Cochinchine, le Tonkin, le protectorat du Cambodge et le protectorat du Laos) où tout les oppose – la situation sociale et ethnique,la différence d’âge – ils s’aiment en secret, envers et contre tous. Saigon (en Cochinchine) sert de toile de fond au déchirement de sa famille après la mort du père endetté (1921). Le résultat : une mère aigrie et désabusée qui sombre lentement dans la folie, un frère opiomane renvoyé en France pour vols, un jeune frère peureux et timide. La douleur de son histoire familiale, le manque d’amouret le désintérêt de sa mère la conduisent à rêver d’inconnu (s). Mais ce passage à l’âge adulte ne se fait pas sans heurts, Marie Duras nous parle de honte, de pudeur, de violence, d’argent mais aussi d’ambigüité dans ses relations avec sa compagne de chambrée et d’érotisme.
Le film nous montre un Saigon « français », riche de couleurs, de fumées, d’odeurs, de vapeurs de cuisine chinoise,une architecture refaite à la française qui côtoie les petites habitations indigènes, de beaux arbres dans les rues où les pousse-pousse croisent les voitures et les calèches, mais où la pauvreté suinte de partout. Car il y a très peu de riches en fait ; quelques grandes familles chinoises et quelques Français qui ont réussi, à coup de pots de vin, à acheter des terres cultivables, pour les autres,Saigon se montre hostile et chère. L’illusion que « tout était pour rien » le boy, la volaille, le loyer, les expatriés l’ont vite effacée, même si cette ville avec les autochtones qui flânent le long des trottoirs sous leurs chapeaux de paille a des allures de petite ville du sud de la France…un ciel sans nuage où ce soleil écrase la plus belle ville d’Extrême-Orient et où les victorias passent àtoute vitesse tirées par deux poneys, emportant de jolies demoiselles vêtues avec chic…
On ressent l’empreinte française qui voulait faire de Saigon un nouveau Singapour, colonie britannique prospère alors, l’Indochine représentant pour eux comme un tremplin vers le monde chinois, d’abord colonie de peuplement, elle devint rapidement colonie d’exploitation économique car elle regorgeait...
tracking img