L'amant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5037 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Romansk Forum Nr. 16 – 2002/2 Eva Ahlstedt Göteborgs universitet

XV Skandinaviske romanistkongress Oslo 12.-17. august 2002

Les états successifs de L’amant. Observations faites à partir de deux manuscrits de Marguerite Duras
Les études durassiennes connaissent en ce moment une période fructueuse. Marguerite Duras est morte il y a six ans, en 1996, laissant derrière elle une œuvre quis’avère, maintenant qu’on a la possibilité de l’envisager dans sa globalité, d’une plus grande richesse qu’on n’avait pu le prévoir en prenant connaissance de chaque ouvrage isolément. De plus, les chercheurs ont depuis quelque temps accès à des manuscrits autographes, déposés par l’auteur aux archives de l’IMEC (Institut Mémoires de l’Edition Contemporaine) à Paris, qui offrent la possibilité d’étudierla genèse de certaines œuvres, notamment celles qui forment ce qu’on appelle « le cycle du Barrage » sur lequel je prépare, depuis quelques années, une étude d’ensemble1. Ce « cycle » réunit les textes qui ont pour cadre l’Indochine française pendant les années trente et qui relatent l’adolescence d’une jeune fille d’origine française (l’alter-ego de l’auteur) qui grandit là-bas : Un barrage contrele Pacifique (1950), L’Eden-Cinéma (1977), L’amant (1984) et L’amant de la Chine du Nord (1991). Dans la présente étude, ce sont deux versions manuscrites de L’amant qui retiendront notre attention. L’amant est un texte d’une importance capitale dans la production littéraire de Marguerite Duras. C’est un livre de la maturité qui réunit les fils thématiques de l’œuvre toute entière. L’ouvrages’impose à la fois par sa simplicité et par sa complexité : c’est un chef-d’œuvre du point de vue de la technique narrative qui prouve que la romancière jouit encore, à l’âge de soixante-dix ans, de la plénitude de sa force et qu’elle a gardé intacte sa capacité de surprendre. Une lecture superficielle du livre peut donner l’impression que c’est l’association libre des souvenirs qui en constitue leprincipe organisateur prédominant. Cette idée a été renforcée par le fait que Duras introduit l’expression « écriture courante » pour désigner sa méthode de rédaction et par les interviews dans lesquelles elle souligne la facilité avec laquelle elle a écrit le livre2 .
1

Il convient sans doute de donner quelques précisions au sujet du concept de « cycles » dans l’œuvre de Duras. Dans le grandréseau que forment les textes durassiens, certains sont plus étroitement reliés que les autres, et on les désigne pour cette raison par le terme « cycles ». Signalons toutefois que Duras elle-même n’a jamais utilisé une telle terminologie en parlant de son œuvre. Pour ce qui est du terme « le cycle du Barrage », voir Cerasi, 1993, p. 171. A vrai dire, il n’existe pas de consensus sur les noms qu’ilconvient de donner aux cycles. Ainsi le cycle dominé par la mendiante, Anne-Marie Stretter et Lol V. Stein est appelé le plus souvent « le cycle d’India Song », mais parfois on voit aussi les appellations « le cycle de la folie », « le cycle de S. Thala », « le cycle de Lol V. Stein », « le cycle de Anne-Marie Stretter » et le « cycle de la mendiante » (Tison-Braun, 1985, p. 57, Limam-Tnani, 1996, p.11). Elle en parle entre autres dans L’amant (pp. 14-15, p. 38) et durant l’interview accordée à Bernard Pivot dans « Apostrophes » (Antenne 2, le 28 septembre 1984), où elle dit qu’elle a réalisé dans L’amant « l’écriture courante » qu’elle cherchait depuis longtemps : « Par écriture courante, je dirais une écriture

2

215

Eva Ahlstedt Derrière cette apparence d’improvisation, se cachecependant une composition savante que le lecteur attentif ne peut manquer de découvrir. Le début et la fin du livre sont situés à Paris et mettent en scène la narratrice à l’âge mûr. A l’intérieur de ce cadre, nous suivons le récit d’une histoire d’amour qui se déroule en Indochine entre la jeune fille qu’elle fut autrefois et son amant chinois. L’histoire d’amour est interrompue par des...
tracking img