L'amour dans le guépard

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (992 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans le Guépard, de nombreux thèmes sont présents tout au long du livre. L’amour, lui, est un thème assez important, présent du début à la fin avec respectivement le Prince de Salina et Maria Stellajusqu’à Tancredi et Angelina en passant par d’autres amourettes.
Dans une première partie, nous nous intéresserons à l’amour dans ce qu’il y a de plus profond mais également aux tromperies. Dans unsecond temps, nous nous pencherons sur l’amour blessant et malsain (inceste, amour non réciproque). Dans un troisième et dernier temps, nous nous intéresserons aux rivalités naissantes causées parl’amour.

Dans cette première partie, nous nous intéresserons à l’amour familial et aux tromperies qui arrivent malgré tout.
Le prince de Salina est le mari de la princesse Maria Stella. Avec elle,il a eu plusieurs enfants ; sept précisément : Paolo, Francesco Paolo et Giovanni (son fils préféré qui s’est exilé à Londres.) pour les garçons et Caterina, Chiara, Carolina et Caterina. Il semblefier de sa famille car il déclare que c’est en fait « une belle famille ». Don Fabrizio semble souffrir comme nous l’avons dit plus haut du départ à Londres de son fils préféré Giovanni. Mais i ;lsemble compenser ce départ en s’occupant de Tancredi, son tendre neveu. Il s’occupe de lui depuis l’âge de 14 ans et le préfère même à son fils Paolo. Quant aux filles, sa préférée reste Concetta qu’iladmire pour sa douceur. Mais malgré tout, il n’hésite pas à tromper sa douce Maria Stella qu’il quitte des fois à la fin des repas familiaux pour rejoindre Marianinna, une certaine prostituée dePalerme avec qui il a de véritables relations sexuelles; en effet, il ne peut pas le faire avec Maria Stella car celle-ci est pieuse « et comment faire pour me contenter d’une femme qui, au lit, se signeavant chaque étreinte et qui, après, dans les moments de plus grande émotion, ne sait dire que : « Jesus-Marie ! » » Mariannina elle se trouvait « humble et obligeante ».Les infidélités de son mari...