L'amour de changer

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1005 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’amour de changer
Recueil de vers (1606) Nicolas Vauquelin des Yvetaux

Auteur du XVIème siècle, Nicolas Vauquelin des Yvetaux (1567 – 1649) à exercé des fonctions d’officier de voyage et a eu un poste de précepteur (prof privé) du fils naturel d’Henri IV.C’est un libertin qui a été renvoyé de la cour pour ses tenues vestimentaires extravagantes. Il se démarque donc par son esprit fantaisiste. Adepte des plaisirs, il compose des stances et des sonnets vantant les voluptés épicuriennes
L’amour de changer est un sonnet libertin qui traîte de l’inconstance amoureuse.

En qui ce poème est-il représentatif du thème Baroque de l’instabilité ?I] Une vision épicurienne de l’amour.
a) Une conception opposée à celle des Pétrarquistes.
b) Une vision originale du sentiment amoureux.

II] Une poésie de l’instabilité.
a) Un mode changeant.
b) L’instabilité de la personnalité.

Le sonnet vient en France à travers l’école Lyonnaise. Les poètes français imitent souvent Pétrarque (auteur Italien) aussi bien à travers le style qu’àtravers le thème (ici celui de l’amour).
Le thème de l’amour est mit en évidence aussi bien dans le titre que dans le 1er vers « Avecque mon amour nâit l’amour de changer », mais le titre ainsi que le 1er titre modifient tout de suite la pensée Pétrarquiste et prend presque une connotation ironique.
La littérature du 16ème siècle (celle de Pétrarque) est courtoise. La courtoisie est un courantqui va parcourir la France du Moyen âge au début du 17ème siècle.
La courtoisie est un code de politesse, une galanterie (liée entre autre à la chevalerie).
En ce qui concerne les femmes on a le culte de la femme (profond respect) qu’on appelle le CULTE MARIAL (pour Marie la mère de Dieu). La femme est mise sur un pied d’estale, on l’honore et on peut lui vouer un culte tout à fait platonique(pas de consommation du mariage). L’homme est considéré inférieur et au service de la femme.
Les Pétrarquistes valorisent l’amour, ils en ont une conception courtoise et pour eux l’amour est passionné et toujours associé à un vocabulaire positif et à des images valorisantes même si il est parfois associé à la souffrance également.
Vauquelin considère l’amour comme une maladie, exemple au vers 3avec « Premier qu’avoir le mal, je cherche le remède »
De même les Pétrarquistes appréciaient de faire une cour extrêmement longue à la femme, alors que Vauquelin quant à lui refuse d’attendre une femme (V.5 « Sous un espoir trop long je ne puis m’affliger »).
De la même façon a a vu que pour les Pétrarquistes l’amour est fort alors que Vauquelin le considère comme étant excessif (V.10 «Chassant les passions hors de ma fantaisie »).
Dans la littérature courtoise il s’agit d’une relation intelectuelle alors que Vauquelin refuse. Les Pétrarquistes veulent une relation platonique, Vauquelin refuse l’attache à une femme unique, en effet on remarque que celle-ci est au pluriel dans son sonnet (V.13 « Je fais peu d’amitiés et bien des connaissances »)

De ce fait la conception deVauquelin est différente, elle ressemble plus à celle des poètes latins qu’aux Pétrarquistes, c'est-à-dire qu’il y a chez Vauquelin une recherche du plaisir amoureux et du bonheur immédiat, il cherche le plaisir et ne se soucie pas de la vie  épicurisme.
Vauquelin renie le mariage. A travers ce sonnet on a une affirmation de la liberté personnelle, on peut considérer l’énonciation en « je », présente àtoutes les phrases mais aussi avec l’utilisation du complément « me.. » etc…
Il se démarque des autres et cherche à se mettre en avant.
On assiste à une sorte d’inversion des codes (en montrant le plaisir de se laisser séduire) exemple au vers 2 « J’en aime une au matin ; l’autre au soir me possède ». Il est séducteur mais séduit à la fois.
Il transgresse alors les codes Pétrarquistes et...
tracking img