L'amour

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2096 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Camille Viennet 3M10 Dissertation 30 septembre 2009

Sujet : « Une union étroite entre deux êtres, époux ou amants, garantie au début par un amour partagé, ne tarde pas à s’effriter sous l’action de forces étrangères au sentiment qui en semblait l’âme. » Roland Chollet

Ilparaît évident que l’amour est un sentiment universel et qu’au fond, chaque être humain est à la recherche, à un moment ou à un autre de sa vie, de la personne avec qui il passera le restant de ses jours. Le mariage témoigne d’ailleurs de cette volonté qu’ont les individus d’aimer jusqu’à ce que la mort les sépare. Il promet un amour qui durera à jamais. Toutefois, certaines personnes sont convaincuesde par leur expérience que l’amour qui dure est idéaliste et utopique. Roland Chollet, spécialiste de Balzac, a écrit la préface de « La Comédie humaine » dans laquelle il donne son point de vue. Selon lui, un amour partagé entre deux êtres est inévitablement corrompu par des forces étrangères à celui-ci et finalement détruit. En définitive, l’amour éternel n’est qu’illusion. Cela nous amène alorsà nous demander si, comme le pense cet auteur, l’amour est forcément éphémère et quelles sont les fameuses forces qui viennent le corrompre et le détruire. L’amour ne peut-il pas perdurer malgré ces forces négatives voire même se renforcer ? Chaque personne étant différente et chaque union unique, peut-on raisonnablement faire des généralités ?

De façon évidente, la présence d’éléments opposésà l’amour est inévitable dans n’importe quelle union. De ce fait, l’amour inexorablement disparaît peu à peu. Pourtant, la plupart des jeunes gens ont la vision pure et idéalisée d’un amour immortel, véhiculée entre autres par les livres et le cinéma : une image de conte de fée rêvée dès la plus tendre enfance. Ce cliché n’est, par la force des choses, pas conforme à une situation réelle beaucoupplus nuancée. L’être humain n’est pas parfait et cela transparaît forcément dans ses relations amoureuses. De ce fait, l’amour partagé des débuts se heurte tôt ou tard à une réalité décevante. La vie de Jeanne au commencement de l’ouvrage « Une Vie » de Guy de Maupassant en est une bonne illustration. En effet, elle sort du couvent à ses dix-sept ans chaste, innocente et totalement ignorante deschoses de la vie. Elle a reçu une éducation empreinte de romantisme et elle attend le grand amour comme on le lui a décrit : « et elle se mit à rêver d’amour. Elle n’avait plus qu’à le rencontrer, lui ! » (p. 60, éd. Flammarion). Elle attend la personne qui lui est prédestinée, avec qui elle va se marier et avoir des enfants. Puis, Jeanne tombe amoureuse de Julien, un jeune et beau vicomte, en quielle croit reconnaître l’être recherché : « Elle se sentait parfois toute défaillante en pensant à lui ; et elle y pensait sans cesse. » (p. 83). Ils se marient très rapidement et Jeanne est immédiatement confrontée à des vérités qu’elle n’avait pas imaginées. La joie fait place à un cruel désenchantement. Elle sera tout d’abord étonnée par la négligence que montre Julien à son égard le soir dumariage puis choquée par sa nuit de noce, brutale, violente, après laquelle l’image de l’amour sera anéantie pour elle : «  Il baisait voracement son cou…il la saisissait à bras le corps, rageusement, comme affamé d’elle. » (p. 104). L’amour serait donc guidé par une forme d’inconscience et de naïveté menant fatalement à de grandes déceptions. Gustave Flaubert, auteur naturaliste du 19ème sièclevalide cette opinion en écrivant que « L’amour après tout n’est qu’une curiosité supérieure, un appétit de l’inconnu qui vous pousse dans l’orage, poitrine ouverte et tête en avant. ».
Il arrive également que l’amour soit basé sur des critères très superficiels tels que l’apparence. Derrière celle-ci se cache des personnalités qui ne correspondent pas forcément aux attentes des individus...
tracking img