L'année 1956

Pages: 9 (2026 mots) Publié le: 20 mars 2011
L’année 1956

Date charnière dans les relations internationales, l’année 1956 annonce une nouvelle donne dans les rapports est-ouest et dans la hiérarchie des puissances. L’arrivée sur la scène internationale du tiers-monde et la défaite franco-britannique dans la crise de Suez montrent bien où se situent les nouveau enjeux. Alors que le début des années 50 caractérise une période d’apogéepour les Etats-Unis d’Eisenhower, l’URSS entre en 1956 dans une nouvelle phase politique, basée sur la déstalinisation et la volonté de coexistence pacifique formulée par Khrouchtchev, nouvellement arrivé au pouvoir. Néanmoins, la répression de Budapest marque les limites de la déstalinisation mise en place par Khrouchtchev.
Pourquoi l’année 1956, marquée par une relative détente internationaleentre les deux grands, est-elle marquée par des divisions, à l’intérieur des blocs, comme entre Etats-Unis et anciennes puissances coloniales dans le « monde libre » ou encore entre démocraties populaires et URSS au sein du monde communiste, mais aussi par l’émergence de nouveaux acteurs internationaux, Tiers-monde et nouveaux Etats décolonisés ?
I) Une nouvelle donne dans la guerre Froide
A)«  la coexistence pacifique »
□ la déstalinisation
Dès la mort de Staline en 1953 on amorce une phase de « détente » dans les relations Est- Ouest .Mais c’est en février 1956 qu’elle se concrétise avec le 20ème Congrès du Parti Communiste d’union Soviétique. C’est l’occasion pour Khrouchtchev d’assouplir le fonctionnement du régime. La critique de Staline y est sans appel .Mais au delà deStaline, c’est l’image même du régime soviétique qui est atteint. Retenons en les nouvelles orientations politiques d’ouverture vers les Pays de l’Est :
_ Fin du monolithisme
_ « amitié et coopération » avec la Yougoslavie
_ « pluralisme socialiste » au sens où chaque démocratie populairedoit bénéficier d’un socialisme prenant en compte leurs particularités nationales.
(L’année 1956 est donc marquée au sein du monde communiste par une rupture avec la période stalinienne de part l’affirmation de Khrouchtchev à la tête de l’URSS, laissant présager un apaisement des relations avec l’Ouest, comme le montre ses interventions à la barre de l’ONU : la « coexistence pacifique » devient unnouvel horizon dans la guerre froide.
□ La « coexistence pacifique »
Mais Khrouchtchev ne s’arrête pas là ; avec la théorie de la « coexistence pacifique » c’est un relâchement des tensions et une politique d’apaisement avec l’Occident. Voici les cinq principes :
_ respect mutuel de l’intégrité territoriale et des souverainetés_non- agression
_ non- ingérence
_ égalité et avantages réciproques
_ coexistence pacifique et coopération économique
(La coexistence pacifique est alors en adéquation avec l’offensive du sourire que Khrouchtchev met en place pour détendre les relationsinternationales, tout en se rapprochant d’un Tiers-Monde émergent, qui commence à être libéré de la colonisation. Néanmoins, le concept de coexistence pacifique se voit remis en cause dans sa dimension intérieure, au travers notamment des relations que l’URSS entretient avec les démocraties populaires satellites en Europe de l’Est : l’apaisement apparaissant dans les relations entre les deux blocsest plus exigu à l’intérieur du bloc communiste, comme le montre la répression de l’insurrection de Budapest.
□ Un concept ambigu
Comment expliquer l’introduction de ce concept ? Khrouchtchev voit dans la coexistence pacifique un moyen de rattraper économiquement les Etats-Unis, au travers notamment d’un développement des échanges commerciaux et des transferts de technologies. Derrière...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • l'année 1956 dans le monde
  • l'année terrible
  • La guerre de 1956
  • L'année 1936
  • L'homme de l'année
  • L'année terrible
  • L'annee 1917
  • L'année 1917

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !