L'appel du 18 juin 1940

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2609 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’appel du 18 juin 1940

-Les circonstances de l’Appel du 18 juin

Ce texte, « l’Appel du 18 juin » est devenu le symbole de la résistance, l’expression de la détermination, le refus de l’inacceptable.

Contexte de ces jours dramatiques :

Depuis le 2 septembre 1939, les troupes allemandes étaient mobilisées en Pologne, les troupes françaises figées sur nos frontières attendantl’offensive à l’abri de la ligne Maginot à l’Est du pays. Après 8 mois de cette « drôle de guerre », en mai 1940, les troupes allemandes déferlent en Belgique puis, contournant la ligne Maginot, envahissent la France par le Nord, créant un véritable cahot dans l’armée française.
Le 18 mai, Albert Lebrun, Président de la République appelle Philippe Pétain, le héros de la Grande Guerre, à la Vice Présidencedu Conseil auprès de Paul Raynaud, Président du Conseil.
Regroupant ses forces et réorganisant sa logistique, l’armée allemande s’arrête devant Dunkerque les 3 et 4 juin. Une pause, le « miracle de Dunkerque », qui permet à 350 000 soldats anglais et français d’embarquer pour la Grande Bretagne.
Dés le 5 juin, l’armée allemande fonce sur Paris.
Déjà remarqué par des contre offensivesspectaculaires et efficaces en mai puis le 6 juin, dans l’Aisne, le Colonel De Gaulle, l’auteur de « L’Armée de Métier », un plaidoyer pour la modernisation de l’armée française, le 6 juin, en plein combat, le Colonel De Gaulle est appelé au gouvernement en tant que Sous Secrétaire d’Etat à la Défense.
C’est que Paul Raynaud, le Président du Conseil, est confronté à l’opposition de Pétain favorable à lacessation des hostilités alors que lui, Paul Raynaud, souhaite la poursuite des combats.
Le 7 juin, l’armée allemande franchit l’Aisne,
Le 9 c’est la chute de Rouen, la Seine est franchi, Paris n’est plus qu’à 100 km.
Le 10, l’Italie déclare la guerre à la France, le gouvernement français décide de se replier sur Tours.
10 millions de français paniqués, affolés par les rumeurs les plus insenséeset les Stukas qui les mitraillent, se précipitent, à l’exemple du gouvernement, dans un inextricable encombrement, sur les routes ; c’est « l’Exode ».
Le 12 la crise au sein du gouvernement se durcit entre les partisans de l’armistice emmenés par Pétain et Paul Raynaud qui souhaite avec Georges Mandel continuer les combats.
De gaulle est dépêché pour la deuxième fois à Londres, pour organiseravec Churchill, un plan de repli de l’armée française sur l’Afrique du Nord.
Le 14 juin, les Allemands défilent sur les Champs Elysés, à Paris.
Le 15, le gouvernement français se replie à Bordeaux.
De Gaulle, pour la troisième fois à Londres, élabore, avec le concours de Jean Monnet et l’appui de Churchill, un plan, « l’union sacrée », qui consiste en la création d’un cabinet de guerre uniqueanglo-français établi en Bretagne qui conduirait la lutte grâce aux forces basées en grande Bretagne et en Afrique du Nord.
Le dimanche 16, De Gaulle informe Paul Raynaud de ce plan par téléphone et embarque avec le général Spears à 18 heures pour Bordeaux afin de soutenir « l’Union Sacrée » et la poursuite des combats face au gouvernement français.
A Bordeaux, Raynaud, a réuni le gouvernement.Le plan défendu par 6 membres est rejeté par 17.
Raynaud démissionne, il est 20 h.
De gaulle arrivera trop tard, à 22
A 23 h Albert Lebrun, nomme Pétain (84 ans) Président du Conseil. La nuit même, des contacts sont établis avec l’ambassadeur d’Espagne pour intercéder auprès de l’Allemagne et négocier les conditions de la capitulation.
Le 17 au matin De Gaulle, reprend l’avion pour Londres avecle général Spears. Il commence la rédaction de son texte pendant le voyage, dans l’avion

-Etude de l'Appel du 18 Juin 1940

http://www.memorial-charlesdegaulle.fr/polepeda/?PHPSESSID=fe634b1c3a6e4ab80ddebd2bf5eb4763
Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement.
Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis...
tracking img