L'approche conceptuelle de la monnaie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2800 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
APPROCHE CONCEPTUELLE
 
Paragraphe 1 : la conception de la monnaie comme bien.
A : Marchandise ou bien spécifique
Lorsqu’un bien remplit des fonctions monétaires, il peut n’avoir que cet usage, on parlera alors de bien et de monnaie spécifiques, ou d’être utilisé à des fins non monétaires, et on le qualifiera de marchandise et de monnaie marchandise.
Métaux précieux : monnaie marchandises,puisqu’il y avait une utilisation industrielle. Plus le cas aujourd’hui, car démonétisés. Mais ce n’est pas pour autant n’existe que des monnaies spécifiques.
Les nouveaux produits (par exemple les transferts électroniques) ont un double usage : financier et monétaire : peut être qualifiés de monnaie marchandise.
Problème lors de la détermination du prix de la monnaie marchandise : difficiled’expliquer le pouvoir d’achat de la monnaie en tant que telle, et en tant que moyen d’échange (usage de la monnaie comme moyen d’échange et usage de la monnaie comme marchandise).
Théorème de la régression (Von Mises): explique la demande monétaire par la demande d’échange qu’avait la marchandise lorsqu’elle était d’un usage non monétaire : la demande monétaire d’aujourd’hui dépend du prix d’hierde la monnaie marchandise, lequel est influencé par la demande monétaire d’avant-hier, qui dépend du prix… et la régression s’arrête le jour où la marchandise à fait l’objet pour la première fois d’une demande monétaire, laquelle ne dépend que de sa valeur d’échange non monétaire de la veille. Cette formation régressive de la demande de monnaie est aussi celle du pouvoir d’achat de la monnaie quipeut ainsi être déterminée par l’offre et la demande.
 
B : Bien matériel ou bien dématérialisé.
Processus de dématérialisation de l’intermédiaire général des échanges afin de minimiser les couts d’échange : choix des moyens d’échange de mieux en mieux adaptés à leur fonction de transaction. Dématérialisation accrue grâce à la technologie.
Les couts de production d’une monnaie dématérialiséene sont pas nuls : il s’agit des couts d’établissement de la confiance. Pour qu’un élément immatériel puisse remplir son rôle d’intermédiaire général des échanges, il faut qu’il soit accepté par tous, il faut qu’il inspire confiance; l’offreur doit ainsi susciter la confiance.
Seule la confiance permet de comprendre pourquoi les individus accordent à la monnaie une valeur indépendante de lasubstance matérielle.
 
 
C : Bien de consommation ou bien de production
Friedman et Don Patinkin, néoclassiques, considèrent la monnaie comme un bien de consommation ou un bien de production. La monnaie n’est pas confondue avec ces deux types de biens. Il faut en retenir un pour les ménages, et l’autre pour les entreprises.
Lorsque les services rendus par la détention de la monnaie sontassimilés à ceux des biens de consommation, la monnaie entre comme argument dans la fonction d’utilité des agents : U=f (C indices des biens de conso ; valeur réelle des encaisses monétaires).
Si assimilés à des biens de production, la monnaie est un facteur de production : Y=f(K ;L ;M/P).
M/P : valeur réelle des encaisses monétaires.
 
D : Bien privé ou public 
Selon que la monnaie estconsidérée comme un bien privé ou un bien public, l’offre de monnaie peut, sur la base d’arguments économiques, être confiée au marché ou à l’État.
Un bien est public, selon Paul Samuelson, s’il a comme caractéristiques techniques être la disposition de tous, des lors qu’il est fourni un seul (critère de non rivalité), sans qu’il soit possible d’en exclure quiconque (critère de non-excluabilité). Dansune seconde définition, un bien est qualifié de public s’il engendre des externalités positives que le marché ne peut internaliser
Chacun bénéficie d’autant plus de services d’une monnaie que celle-ci est utilisée par d’autres individus. Une monnaie détenue par un seul individu n’a donc pas d’intérêt.
L’adoption d’un intermédiaire général des échanges réduit les couts d’information et de...
tracking img