L'argent dans "illusions perdues" de balzac

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5491 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lukács, a écrit, dans la préface de Balzac ou le réalisme français : « Personne n'a ressenti aussi profondément que Balzac les tourment qu'entraînent [...] le passage à la production capitaliste, la profonde dégradation spirituelle et morale qui accompagne nécessairement cette évolution dans toutes les couches de la société ». Cette citation pose d'emblée les prémices nécessaires pour appréhenderle thème de l'argent, fondamental dans l'oeuvre balzacienne. L'argent c'est, d'après le Larousse 2007, la monnaie, en pièces, en billets, en valeurs mais aussi la monnaie qu'elle représente ; il conditionne également les comportements. Cela est évoqué dès le début des Illusions perdues, comme nous l'avons vu à l'occasion de la première explication de texte faite en classe. L'avarice du pèreSéchard a ainsi été mise en lumière, ce personnage demandant à son fils ce qu'il a fait de ses banques (page 72). Le compte de l'argent gagné par les Chardon, et les revenus de l'imprimerie sont évoqués peu après, respectivement aux pages 77 et 79.
Lukács nous invite à penser l'argent comme indispensable à la vie intellectuelle, ce qui pousse inévitablement Lucien à se demander comment s'en procurerune fois à Paris. De même, David ne sera pas épargné, puisque son beau-frère a contracté des dettes en son nom alors que l'imprimeur s'était promis de faire fortune dans l'imprimerie. Ainsi, la question financière et matérielle est prépondérante, s'inscrivant en profondeur dans le destin des personnages. C'est pourquoi nous pouvons nous demander comment Honoré de Balzac parvient à écrire uneoeuvre littéraire à partir des questions économiques telles qu'elles se concoivent sous la Restauration. Puisque, pour Balzac, il est nécessaire de peindre la vie telle qu'elle est au 19ème siècle, dans les moindres détails, ce que nous démontrerons dans une première partie consacrée à l'évocation de l'argent. Puis, nous nous focaliserons sur le rôle de l'argent dans le parcours des personnages. Enfin,nous inscrirons ce thème dans la satire sociale que propose Balzac dans Illusions perdues.

I - ÉVOQUER L'ARGENT

Dans un premier temps, nous allons nous intéresser à l'argent, et tout ce qui s'y rapporte, tel que Balzac en fait état dans l'oeuvre.

1. L'importance de l'argent durant la Restauration

Pour cela, il nous faut tout d'abord rappeler le contexte historique, puisque laprimauté accordée à l'argent se fait au nom d'une visée réaliste, c'est-à-dire que Balzac veut décrire avec une extrême précision la société telle qu'elle existe au temps de Lucien de Rubempré, sous la période de la Restauration. On appelle cette période ainsi parce qu'il s'agit de restaurer l'ancien régime monarchique en rappelant les Rois Bourbons sur le trône. Les deux frères de Louis XVI, LouisXVIII et Charles X vont s'y succéder. Ils accordent une importance énorme au clergé et à la noblesse, désireux de retrouver leurs anciennes prérogatives d'avant la Révolution. Ils octroient alors une charte, qui ferme toute ascension sociale aux jeunes gens qui n'appartiennent pas à la noblesse : il faut avoir trente ans et payer beaucoup d'impôts pour être électeur, quarante ans pour êtreéligible, et payer encore plus d'impôts. Autrement dit, un jeune homme sans titre et sans argent n'est rien, et c'est tout le drame de Lucien Chardon, de même que c'est le cas de Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir de Stendhal.
Ainsi, l'argent est un facteur important à cette époque, et faire comme si les questions d'argent n'existaient pas relèverait d'une sorte d'hyprocrisie littéraire. Les naturesles plus poétiques doivent prendre en compte cette réalité-là, et le lecteur fait son apprentissage en même temps que Lucien. Si celui-ci, à Angoulême, ne se soucie guère des questions d'argent, le problème crucial se pose dès qu'il est question de partir à Paris : « Il entrevoyait mille difficultés qui se comprenaient toutes dans ce mot terrible : « Et de l'argent ? » » (page 179). En effet,...
tracking img