L'argent et le mal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (515 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Oui, la racine de tous les maux, c’est l’amour de l’argent». 1 Tim. 6.10
Jésus le confirme dans le Sermon sur la montagne: «Nul ne peut servir deux maîtres, c’est Dieu ou Mammon !» Matt.6.24.
Sil’amour de l’argent peut devenir une idole égale au Dieu vivant c’est que ses racines en l’homme sont très profondes: «Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur !» Matt 6.21.
Jésus parle juste dans ledeux versets qui précèdent «d’amasser des trésors» soit sur la terre, soit dans le ciel, ce qui exprime sous une autre forme l’amour de l’argent ici-bas, ou le détachement de l’argent pour lui-mêmeet sa mise en service par amour des démunis (19.21).
Or l’argent est plus que l’argent: il permet de tout monnayer, de tout acheter (ou presque):
«le temps c’est de l’argent», «l’argent, c’est lenerf de la guerre», «la puissance de l’argent», «l’arrogance des riches» ; l’argent est le symbole de la richesse qui me protège du manque, de l’humiliation ou de la peur… ; l’argent est du côté despuissants qui règnent, qui savent, qui peuvent… qui vendent et achètent pour s’enrichir encore d’avantage. Avec lui personne est démuni. Avec lui, Dieu devient un luxe, non indispensable…
Daniel Bourguetdans «Les maladies de la vie spirituelle» (Olivétan. 2000) cite les pères grecs de l’église (4e – 6e s.) qui, fondés sur le verset de notre titre, établissaient l’avarice comme la racine de tous lespéchés et de toutes les maladies spirituelles nous séparant de Dieu.
J’ajoute que l’avarice révèle la voracité infinie d’un cœur vide, qui veut compenser son manque et ses peurs par ce qui paraît leplus sûr: la richesse, le savoir, la gloire, la puissance, le pouvoir…L’avarice est calculatrice, mais sans générosité. Elle n’est jamais comblée… Nous le savons: Dieu seul comble notre cœur humain.Les pères grecs avaient remarqué que l’amour de l’argent avait deux pourvoyeurs principaux: la gourmandise et la vaine gloire. Ces trois «passions» sont un peu les mères de toutes les autres...
tracking img