L'art classique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (603 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 septembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'art classique vise à l'intemporel ; il aspire à un idéal de beauté qu'il pense atteindre par la rationalité. Il se veut triomphe de la raison sur le désordre des passions. Clarté, harmonie, règles,ordre, mesure sont les mots d'ordre du classicisme. Cette recherche de la sérénité, de l'équilibre, de la cohérence par la réflexion, le respect des lois, des genres, des proportions, peut devenirprudence précautionneuse stérilisante et convenue.
Les bâtiments classiques se doivent d'être en parfaite adéquation à leur fonction ; lignes droites à la majestueuse orthogonalité, recherche desymétrie et de rigueur géométrique, sobriété des surfaces et des plans les opposent aux constructions baroques soucieuses d'effet décoratif, tout en courbes et contre-courbes, pourvues de surchargesornementales. La sculpture classique privilégie les attitudes simples et élégantes, non dénuées parfois d'une certaine solennité ; elle refuse le mouvement, la sensualité et l'emphase du baroque. La peinturechoisit les sujets nobles la composition et le dessin (que l'on ne distingue pas alors du dessein) doivent primer sur la couleur, le concept sur la séduction des sens. Les jardins, par leursperspectives savantes de tapis verts, de parterres fleuris symboliques, de haies et d'arbustes taillés au cordeau, de bassins géométriques et de jeux d'eau, doivent démontrer la soumission de la naturedisciplinée par l'homme.
UN ART DE LA RÉSERVE : cette lucidité, le classique doit l’appliquer à son oeuvre et à lui-même.Le style doit rester naturel, exempt d’excès, de foisonnement, de beaux mots. Chaquemot à sa place. Dans l’oeuvre, tous les détails doivent converger vers un seul but : il y a harmonie dans l’ensemble et harmonie entre la pensée et l’expression. En théâtre, les trois unités sont doncindispensables. Le style préfère donc la discrétion, l’allusion, les effets de sourdine (les litotes) célèbres chez Racine. Quant à sa personne, par souci d’universalité et par principe religieux,...
tracking img