L'art est-il évasion de la réalité?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1035 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L’art est-il évasion de la réalité ?

Introduction
1. On appelle art toute activité humaine, d’une part en tant qu’elle se distingue de – voire, permet de s’arracher à - la nature, d’autre part en tant qu’elle se fonde sur une manière réglée de faire et à l’intelligence. L’art est donc manifestation de l’esprit. Mais si l’on peut définir la technique grâce à son but utilitaire(permettre à l’homme de s’adapter à son environnement, de maîtriser la Nature), les beaux-arts demeurent surtout dénués de finalité et/ou d’utilité. Alors, pourquoi faire des œuvres d’art ? 2. L’art est-il évasion de la réalité ? On nous propose ici une définition du but de l’art (et non pas plusieurs) : « évasion de la réalité ». 3. La réalité, c’est l’ensemble des choses qui existent, et quis’imposent à l’esprit (on doit « faire face à la réalité », « on doit accepter la réalité ») ; la réalité semblent s’opposer à l’esprit en général, et à l’imagination et la volonté en particulier. L’imagination, qui est la faculté de créer par l’esprit, ce qui peut ne pas exister dans la réalité, la volonté, qui est la faculté de choisir librement – or, les faits résistent à la volonté, dans la mesure oùelle ne peut rien n’y changer. Mais on doit aussi admettre que le monde spirituel fait partie de la réalité : les idées sont réelles, puisqu’elles produisent des effets dans la réalité matérielle : l’architecte conçoit d’abord la maison dans sa tête avant de la construire, et chacun se fixe des buts dans l’esprit avant de les réaliser. Il s’agira donc de savoir quelle réalité on oppose à l’art.Quant à l’évasion, c’est le fait de s’échapper d’un lieu où l’on était enfermé, comme le prisonnier peut s’évader de sa prison. En un second sens plus figuré, c’est le fait d’échapper à une contrainte, et en particulier, celle de la monotonie et de la fatigue produite par la vie quotidienne. S’évader de la réalité suppose donc d’abord, que la réalité est contraignante pour l’esprit humain, ensuiteque cette contrainte tient plus particulièrement à l’ennui provoqué par la réalité. Au sens courant, la réalité à laquelle on échappe est la réalité quotidienne, tournée vers la satisfaction des besoins. En bref, la vie telle qu’elle est soumise au principe de réalité. Mais en ce sens, s’évader, c’est fuir la réalité, se voiler la face, sans chercher à la changer ; c’est se créer des illusions pourne pas voir la réalité, parce qu’on la fuit, au lieu de chercher à la transformer. 4. Le problème n’est donc pas de savoir si l’art est création de l’esprit ou imitation de la réalité – ça, c’est le cour ! Puisque la vie de l’esprit fait partie de la réalité. Il est de savoir si le monde créé par les arts, qu’on pourrait même appeler imaginaire, se présente comme un Autre de la réalité –quotidienne, matérielle, naturelle – une pure illusion que l’on contemple pour ne par voir la réalité en face, ou s’il est un moyen de transformer cette réalité ; si le monde des arts produit des effets réels. 5. Le but de l’art est-il de fuir la réalité ou de la transformer ? Le monde des arts est-il illusion ou réalité ?

§1. L’art est illusion :

1. On peut remarquer que la technique estl’art utile, qui a pour but de s’adapter au réel, de le transformer, tandis que les beaux-arts sont inutiles. L’inefficacité de l’art est ce qui le distingue de la technique.
2. D’ailleurs, la théorie mimétique de l’art de Platon – l’art imite la Nature- lui reproche d’éloigner l’homme de la vérité ; puisqu’il est une pure reproduction des apparences sensibles. L’artiste est coupable decréer des illusions. S’il part de la réalité – la copie – c’est bien pour s’en évader.
3. La faculté propre de l’art est l’imagination, créer ce qui peut ne pas exister dans la réalité. Le roman ne permet-il pas de s’évader dans un autre monde ? De fuir la réalité ? Créer des personnages et des mondes qui n’existent pas ? En bref, créer un autre monde imaginaire.
TR : mais les...