L'art et la laideur: reflexions

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1573 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L'art doit il s'interesser à la laideur?
La laideur est un terme qui est le plus souvent utilisé dans le langage courant pour évoquer ce qui est inesthétique, désagréable à la vue, et donc opposé au beau.
Il peut également s'appliquer dans un sens moral pour désigner la bassesse, l'horreur. Le terme art quant à lui, possède un sens plutot vague. En effet il est difficile de trouver unedéfinition exacte, on peut pourtant s'en approcher en disant que l'art est l'expression de la créativé. Cette expression peut prendre plusieurs formes, plusieurs supports comme la peinture, la littérature ou encore le cinéma, c'est pour cela qu'on parle parfois "des arts". La définition de l'art est également très souvent rélié a la notion d'ésthétisme, de ce qui est relatif à la beauté. Dans laproblématique posée, on aussi retient l'idée de devoir qui est exprimée. Cette notion peut correspondre à l'idée d'une obligation morale, ou encore a l'idée d'une nécessité, quelque chose auquel l'art devrait nécessairement se soummettre. Nous verrons donc si il faut que l'art s'interesse à la laideur ou si ce domaine ne doit etre réservé qu'a la beauté et à l'esthétisme.

Le sens originel du mot laideuretait auparavant "ce qui est désagréable, outrageant, odieux". On applique maintenant ce terme dans un sens physique, ce qui ne plait pas au regard, ou dans un sens moral, ce qui est vil, médiocre, horrible. Mais d'une maniere générale, nous avons tendance à opposer le laid à la beauté. La beauté correspondrait à des normes, des canons fixés par la société, selon un goût, un esthétisme recherché.Le laid correspondrait alors à tout ce qui sortirait de ces normes. On peut se demander s'il n'y a réellement aucun esthétisme dans le laid. En effet on pense au poeme "La Charogne", extrait des Fleurs du mal de Baudelaire. Ce poeme dépeint d'une maniere très imagée une charogne se décomposant au soleil. Le sujet y parait repoussant ou meme écoeurant, pourtant on ne peux nier que c'est un beaupoeme du fait de l'écriture du poete, de son style, de ses figures de styles. On remarque alors que le laid n'est pas toujours entierement laid, il peut contenir une certaine forme de beauté également, mais aussi que dans le domaine de l'art une des confusions fréquentes est celle d'assimiler la laideur de l'objet représenté et la laideur de la représentation. De plus ce que nous aurions tendance àclasser comme tel équivaut à ce qui sort des normes établies, donc a ce qui dérange par sa différence, peut etre meme par sa difformité. Mais au fond les notions de laideur et de beauté sont toutes deux très relatives, en effet les gouts varient selon les individus et peuvent différer des normes, tous n'éprouveront pas le meme attrait pour la meme vision et c'est le sujet qui contemple une oeuvred'art qui la catégorise de laide ou pas. C'est aussi le sujet qui détermine si une oeuvre d'art est belle. Mais les normes à l'instar des normes, les gouts de chacun changent également selon les époques, selon les modes. On remarque par exemple que l' Olympia de Manet, lorsqu'elle fut exposée au grand public en 1963, déclencha de très vive réaction à l'époque de l'académisme se positionnait commeune hégémonie dans l'art français. L'oeuvre avait était jugée laide, sans technique, avec un traitement cru et trop réaliste du corps de la femme. Pourtant de nos jours, la peinture académique n'est plus du tout au gout tandis que l'Olympia elle, est resté dans les mémoires comme une très belle oeuvre.
On voit donc par rapport à ces notions de relativisme et de subjectivité que la question de lalaideur ne devrait pas se poser dans l'art, car il est en réalité impossible de déterminer précisément ce qui est laid et ce qui ne l'est pas. On voit que dans toutes les formes de laideur il y a de la beauté, et que l'une sans l'autre ne pourrait exister, ne pas s'interesser à la laideur dans l'art équivaudrait donc à nier le beau par la même occasion, il faut donc, par nécessiter, choisir...
tracking img