L'art et l'aspect sonore des mots

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1916 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
A travers l’évolution de l’art et les diverses expérimentations, les mots ont su prendre de plus en plus de place au sein des oeuvres plastiques, ils ont su être considérés comme éléments plastiques à part entière jusqu’à en arriver à parfois être le seul sujet d’une oeuvre visuelle. D’autres part, au sein de la création graphique et poétique, les mots ont su s’émanciper de la syntaxe, ce sontles mots en libertés selon le mouvement futuriste ou encore Guillaume Apollinaire dans ses Calligrames qui prennent un aspect plus visuel. De plus, on arrive à donner une nouvelle dimension aux mots, celle d’un aspect sonore. Nous allons étudier quels sont les enjeux de cette dimension sonore que peuvent avoir les mots dans une oeuvre visuelle. Premièrement nous observons quels peuvent être lesmoyens plastiques qui donnent une dimension sonore à une création visuelle et dans quels buts sont ils recherchés. Ensuite, nous nous demanderons quel relation le spectateur a t-il face à une oeuvre de ce genre, dans quelle mesure ce “son” l’interpelle t-il. Enfin nous verrons comment les mots permettent un mélange des genres entre arts plastiques, poésie et graphisme.

Par quels moyensplastiques peut on donner une dimension sonore à une oeuvre visuelle et quel en est son rôle ? Les mots sont parfois utilisés pour ce qu’ils sont, pour leur sens. Le graphiste et typographe Pierre Di sciullo crée en 1961 le syntétik, un tableau d’équivalence entre des mots écrits et leur phonétique. Il montre comment nous pourrions réduire les mots à leur façon de les prononcer en supprimant les lettressuperflus. Ici, on parle de la prononciation de chaque mots, leur sens et leur prononciation propre, donc le son créé en lisant à haute voix ces mots est le coeur même de l’oeuvre. On parle du son, sans l’exprimer de façon visuelle et plastique. L’aspect sonore découle de notre lecture de la création et de notre reconnaissance de signes s’apparentants à la phonétique. Sans cela, nous necomprenderions pas qu’il s’agit de sons. Chez d’autres, les lettres ne sont pas là pour représenter un mot qui aurait un sens, mais plutôt pour représenter l’idée d’un son, une dimension expressive. Raoul Haussmann, le dadaïste compose en 1965 Oaoa, une oeuvre mélant collage et crayon gras. On y voit le bas du visage d’un homme

semblant parler fort, autour de lui des lettres qu’on imagine directementsortir de sa bouche. Les lettres occupent tout l’espace, elles sont aussi grosses que la bouche de l’homme, de ce fait on imagine que les lettres sont criés. C’est l’utilisation d’onomatopés. Les lettres dessinés à la main de façon rapide et gestuelle, amènent d’autant plus d’expressivité et donc l’impression d’un cri. Le texte est un élément abstrait dont le sens n’est plus la priorité. Lapriorité est donné à l’effet plastique, à son côté expressif. Le son créé ici s’apparente à un bruit. Dans l’installation de Jaume Plensa, Cantique des Cantiques (2005), le texte y est également un élément abstrait créant une idée de bruit mais l’effet donné n’est pas le même. Cette installation est composée de 19 rideaux de lettres verticalement alignées et de dimensions variables. Les lettres neforment pas de mots, il n’y a pas de sens littéral à trouver. Ces rideaux de lettres forment différents plan dans notre vision, se superposent et ainsi créent du texte illisible. Ces lettres se mélangeants créent l’impression d’un brouhaha. Nous savons que les lettres pourraient créer du sens, mais nous ne pouvons pas les déchiffrer comme un brouhaha où les paroles se superposant les unes aux autresne sont plus déchifrables une par une, pour ne plus former qu’un bruit global. Cette oeuvre fait référence au Cantique des Cantiques, le texte le plus mystérieux de l’Histoire que personne n’a jamais réussi à déchiffrer. Ainsi, ici les lettres pourraient former des mots, notre première réaction est d’essayer d’y reconnaitre des mots mais elles en restent à l’état de lettres. Ces rideaux restent...
tracking img