L'art imite-il la nature

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2743 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les facettes de l'amour

L’amour est le moteur qui fait vibrer notre âme ;
Une vie où l’amour ne nourrit pas la flamme
Qui fait briller nos yeux, vainquant le désespoir,
Est une vie en deuil qui sombre dans le noir.

L'amour nous fait jouir des champs et des rivières,
Des jolis papillons sur les roses trémières,
La majesté des ifs, les oiseaux dans leurs nids,
Et les petits ruisseauxqui chantent dans leurs lits.

L’amour ouvre nos yeux aux luxueux feuillages,
Qui côtoient les ravins avec leurs babillages,
Il donne un grand élan à toutes nos ardeurs,
Qui font couler la sève en torrents de splendeurs.

L’amour remplit nos cœurs d’un sentiment sublime
Qui nous fait accepter le trajet vers l’abîme,
Ce sentiment divin est un don aux humains,
Qui implante l’espoir pour tousnos lendemains.

L’amour donne la joie et donne la souffrance ;
Il faut, quand même, aimer avec exubérance,
Donnons à nos printemps l’élan de nos désirs,
Qui deviennent, plus tard, de lointains souvenirs.

L’amour, ah ! oui l’amour de l’enfant pour sa mère,
Du mari pour sa femme, ainsi que l’adultère,
Ce sentiment sublime, émouvant et si beau,
Pour le petit enfant chantant dans sonberceau.

C’est le manque d’amour entre nos sœurs et frères,
Qui provoque la haine des bûcher funéraires,
Nous voulons, par la force, imposer à l’Orient,
Nos cultes et nos mœurs tout en l’humiliant.

On pourrait aplanir les maux de la planète
Sans renverser ses murs en sonnant la trompette,
Avec un peu d’amour, de compréhension,
Nous pourrions vivre en paix, sans dévastation.

Remettonsdans nos cœurs cette divine flamme,
Qui pourrait nous ouvrir la porte de Sésame,
Et redonner, ainsi, sa branche d’olivier,
A la blanche colombe, éloignant l’épervier.

Christian Cally

Je t’offre ce baiser

Je t'offre ce baiser qui me perdra si j'ose
Interroger encore en toi l'âme secrète
Ce présent éphémère afin que toute chose
Par un regard de toi prenne vie et te fête

Je t'offre cebaiser aux mille et présages
Pour que le premier jour soit la dernière vieillesse
Le départ sans retour de ce très long voyage
Qui n'aurait que nous deux pour unique promesse

Aimer et se le dire est-ce donc le secret ?
Est-ce donc là la chose que l'on sait sans vertu ?
Aimer je veux te dire ! aimer ! être enivré !

Je t'offre ce baiser dis-moi qu'en feras-tu ?

Elle l'accueillit perducomme un ruisseau furtif
Aux rivages marins se perd dans les récifs

Jean-Luc Baert

Jacques DAVY DU PERRON (1555-1618)

Enfin ce traître Amour qui semblait désarmé

Enfin ce traître Amour qui semblait désarmé
Reprend force en mon coeur, et recouvre sa gloire,
Je sens encore les feux dont je fus enflammé,
Et si j'ai triomphé c'est avant la victoire.

Ce beau soleil d'Amour pour untemps obscurci,
Que les dédains couvraient comme un épais nuage,
Rendant de ses rayons tout le ciel éclairci,
A chassé les brouillas qui me servaient d'ombrage.

Maintenant il rayonne à plein dessus mon coeur,
Ardent en son Midi d'une excessive flamme.
Amour aveugle enfant, de vaincu fait vainqueur,
En est le Phaëton qui va brûlant mon âme.

Elle pour amortir le feu de ses beaux yeuxQui la rendent d'Amour ardemment allumée,
Cherche à noyer son mal dans le fleuve oublieux,
Mais son onde s'enfuit de mon âme enflammée.

Toujours devant les yeux lui revient le penser
Des beautés dont Amour rend sa force établie,
Soit veillant, soit dormant, j'y rêve sans cesser,
Et de les oublier seulement je m'oublie

Pierre de RONSARD (1524-1585)
(Recueil : Second livre desAmours)

Je ne suis seulement amoureux de Marie

Je ne suis seulement amoureux de Marie,
Anne me tient aussi dans les liens d'Amour,
Ore l'une me plaît, ore l'autre à son tour :
Ainsi Tibulle aimait Némésis, et Délie.

On me dira tantôt que c'est une folie
D'en aimer, inconstant, deux ou trois en un jour,
Voire, et qu'il faudrait bien un homme de séjour,
Pour, gaillard, satisfaire à une...
tracking img