L'art n'est-il qu'un divertissement?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2154 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le texte que nous avons a expliqué est un texte de David Hume. Dans ce passage, l’auteur aborde le thème de la nature de l’homme. Il pose ainsi le problème suivant: Retrouve-t-on une constance de la nature humaine quelque soit l’époque et la nation?
Selon Hume, les actions des hommes reposent sur des principes constants quelque soient l’époque et la nation étudiées: la nature humaine estuniverselle et repose seulement sur sept passions.
De manière à défendre sa thèse concernant la nature humaine, on remarque que l’auteur procède en trois étapes. Tout d’abord (l. 1 à 3), Hume présente sa thèse à travers un constat; Ensuite (l.3 à 9), il explique et argumente sa thèse exposée précédemment; Enfin, (l.9 jusqu’à la fin), Hume expose les conséquences engendrées par cette thèse.
On peutalors chercher à savoir si sa thèse ne se heurte pas à des limites. En effet, on peut alors se demander si rien ne parviendrait à altérer cette constance de la nature humaine. N’existerait-il aucun obstacle à cette universalité ?
Peut-on vraiment parler de nature humaine constante au fil des siècles? N’aurait-elle pas évolué?

Dès la première phrase, l’auteur déduit sa thèse d’un constat. Eneffet, la formulation « tout le monde reconnaît » montre qu’il s’agit d’une opinion publique, commune aux individus. Son constat indique que les actions des hommes sont constantes quelque que soit l’époque ou le peuple, le contexte de manière plus générale. Il oppose l‘«uniformité » des opérations humaines avec la diversité que représentent les « nations » et les « époques ». De même, il insistesur la diversité en répétant à deux reprises le pronom « toutes ». Il ajoute ensuite dans la seconde partie de la phrase, grâce à la conjonction de coordination « et » que la nature humaine demeure inchangée à travers « ses principes et ses opérations », c’est-à-dire, que rien ne peut altérer sa condition. Il semblerait que la nature humaine puisse se définir par l’idée que les êtres humainspossèdent des caractéristiques qui leur sont propres et qui font d’eux des êtres spécifiques. Ils sont donc des êtres uniques grâce à leurs nombreux caractères et constituent donc une nature qui leur est propre et qui les différencie des autres espèces : la nature humaine. Donc, à travers cette phrase, Hume affirme sa thèse, qui se trouve être elle-même dérivée d’un constat. On peut donc dire que sa thèsese base sur le fait que les principes de la nature humaine constants à travers les âges et à n’importe où dans le monde. Ainsi, les hommes seraient tous dirigés par des principes universels, à tout temps et en tout lieu.

La seconde partie du texte correspond à l’explication et à l’argumentation de la thèse.
La deuxième phrase explique la première, Hume insiste sur le principe de sa thèse.La formulation de la phrase est telle qu’elle s’articule en deux parties à la structure identique: le mot « mêmes » est ainsi répété quatre fois, on peut parler ici d’une anaphore. Le lien logique de motif/cause est exprimé. En effet, Hume déclare que les hommes agissent toujours de la même manière, guidés par des choix identiques. Selon lui, les actions sont causées par des motifs constants, etces mêmes actions ont toujours les mêmes conséquences. Le principe d’universalité des actions est ici rappelé différemment dans le but de souligner à nouveau son point de vue.
La troisième phrase débute par une énumération de sept notions, qualifiées de « passions » par l’auteur. Hume, apporte une précision grâce à une subordonnée (« qui ») : Ces divers sentiments peuvent se mêler les uns auxautres, ils ne sont donc pas exclusifs. Un homme peut éprouver deux des ces « passions » à la fois. Celles-ci sont cependant plus ou moins importantes, comme il le signale avec l’expression « à divers degrés ». Selon Hume, ces « passions » n’épargnent personne, elles sont répandues partout dans la société et sont ressenties par chaque individu à un moment ou un autre: il y a une universalité de la...
tracking img