L'artique, une nouvelle route maritime ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (617 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'Arctique : Une nouvelle route maritime ??
Introduction :

Le recul de la glace de mer estivale dans l'océan glacial Arctique ouvre de nouvelles voies maritimes qui permettraient d'augmenterconsidérablement les liaisons maritimes entre l'Europe et l’Asie, et l'Amérique du Nord Est et l'Asie. Mais la présence de glace dérivantes et d'icebergs pendant l'été rend l'utilisation de ces routespérilleuses.
Des climatologues prévoient que, non l’océan Arctique pourrait être libre de glaces durant l’été d’ici à 2040.

Quelques chiffres :
Distance maritime entre Rotterdam et Tokyo :
Par leN/E du Groenland = 13 500 km
Par le N/O du Groenland = 15 700 km
Par le Canal de Suez = 21 200 km
Par le Canal du Panama = 23 300 km

Brise-glace :

Des efforts considérables ont été déployéspour ouvrir cette route maritime, navigable à partir de la mise en service, dans les années 1980, d’une flotte conséquente d’imposants brise-glaces nucléaires de 75 000 chevaux (classe Arktika).Environnement :

Sur l'échelle mondiale la pollution diminue en passant par l'Arctique mais sur une échelle locale la pollution est très forte.
Dans l'océan Arctique, il est impossible de faire uneescale pour une réparation s'il y a un problème technique.
Si un accident se produit, il y a peu de moyens d'interventions
Si un naufrage arrive, la pollution sera moins bien traitée que dans unendroit facilement accessible, c'est donc une pollution à très long terme.
D'autant plus que la météo est très variable et instable.
Les assurances des compagnies de transports maritimes sont trèseffrayées par le risque de pollution, donc peu d'assurance couvriront les dommages.

Economie :

Il s'agit pour l'instant d'une zone quasiment vierge, dénuée d'activité humaine.
Mais l'Arctique avecla fonte progressive des glaces laisse entrevoir des enjeux économiques importants.
Selon le gouvernement russe, environ 40 millions de tonnes de gaz et de pétrole dormiraient sous l'océan...
tracking img