L'assurance vie un enjeu majeur pour les banques

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4532 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
III) L’assurance Vie, Enjeux Majeur pour les Banques :
A – Quelques chiffres (parts de marché, PNB, fidélisation …) : Annexes n°1 et n°2
A fin février 2010, les cotisations collectées atteignent 27 milliards d’euros, soit une hausse de 16% par rapport aux deux premiers mois de l’année précédente. Cette hausse est à relativiser car la collecte des deux premiers mois de l’année 2009 était enforte baisse.
A fin juillet, la croissance de la collecte se stabilise à 8% et atteint 92 milliards d’euros.
Les épargnants privilégient les supports euros avec 79,7 milliards d’euros investis depuis début 2010 (+6%), soit 87% de la collecte. En effet, la collecte sur les supports Unités de Compte (UC) ne s’établit qu’à 12,3 milliards d’euros (+18%).
Les prestations versées depuis début 2010 est enprogression de 4% à fin juillet, soit un montant total de 53,2 milliards d’euros.
La collecte nette s’établit donc à 38,8 milliards d’euros.
L’encours des contrats d’assurance vie (provisions mathématiques et provisions pour participation aux bénéfices) progresse de + 8% sur un an, à 1 308 milliards d’euros.
Le marché est mûr avec 12,5 millions de particuliers possédant une assurance vie maisil est handicapé par l'impact des réformes fiscales (loi Tepa, RSA, coup de rabot sur les niches fiscales de la part du gouvernement, réforme du 1er aout 2010 concernant les taux garantis…). C’est pourquoi, pour relancer la collecte et recycler les fonds issus des contrats arrivés à maturité, les acteurs jouent la carte de l'innovation commerciale et de l'extension de leurs réseaux dedistribution.
Trois grandes catégories d'acteurs s‘affrontent :
- les bancassureurs bénéficient d'un avantage concurrentiel à travers la force de frappe que représentent les agences bancaires ;
- les assureurs traditionnels, de leur côté, recourent à la multidistribution en étant notamment les fournisseurs privilégiés des CGPI et des sites d'assurance vie en ligne ;
- les mutuelles proposentdes taux élevés sur les fonds euros pour pénétrer ce marché sur lequel elles sont entrées tardivement.
D’après Facts & Figures, les trois premiers groupes d’assurance vie en France en 2008 en chiffre d’affaires (CA) sont :
1) CNP avec un CA de 23 236 M€
2) AXA avec un CA de 15 618 M€
3) Crédit Agricole avec un CA de 15 567 M€
En résultat net (RN), les trois premiers groupesd’assurance vie en France en 2008 sont :
1) CNP avec un RN de 1 018 M€ soit 0,42% du bilan total
2) Crédit Agricole avec un RN de 573 M€ soit 0,29% du bilan total
3) BNP Paribas avec un RN de 523 M€ soit 0,56% du bilan total
Les partenariats et les CGPI sont le mode de distribution le plus dynamique sur le marché de l’épargne vie. Leur part de marché s’établit aujourd’hui à 16%.
Allianz et BNPParibas Assurance dominent durablement le marché en termes de capacité à faire vendre des UC par leurs réseaux.
Les résultats d'Allianz, d'Aegon et d'Aegas (l'ex ING), montrent que leur activité a été portée au premier trimestre par les produits d'épargne avec, en premier lieu l'assurance-vie.
Les évolutions récentes du marché sont : une forte croissance faussée en partie par les transfertsFourgous (possibilité de passer des contrats en euros aux UC sans perte de l'antériorité fiscale) et PEL à laquelle succède un reflux à relativiser compte-tenu du niveau élevé de la base de comparaison.
Les causes du retournement du marché depuis 2007 sont : la crise financière, la volatilité des investissements en unités de compte, l’inversion de la courbe des taux favorables aux liquidités, lebesoin de liquidité des banques…
Fidélisation et assurance : les deux notions sont-elles compatibles ?
La question de la fidélisation en matière d’assurance n’est pas anodine en effet, le secteur présente des spécificités qui relativisent la légitimité d’un programme de fidélisation.
Comme l’évoque François Mathieu de MAAF-MMA Banque : « Le client est dans une non-relation à la base : le...
tracking img