L'atelier de jean claude grumberg

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1133 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L'atelier
de Jean-Claude Grumberg(1979)

Conclusion: D'une manière générale, les œuvres de Jean-Claude Grumberg se veulent à la fois historiques et autobiographiques. Situées dans le cadre de la Seconde Guerre mondiale, cette époque retrace la majeure partie de sa vie, ce qui en fait donc un thème principal. Son écriture incarne également des émotions, des préjugés, desconflits moraux, dans des personnages complexes, changeants. Il « personnifie » d'une certaine manière tous ces thèmes qu'il veut exploiter, sans que les personnages soient réels. En ce qui concerne l'Atelier, Grumberg fournit dès les premières pages de nombreuses informations qui permettent la construction de l'histoire et la précision du contexte : il s'agit de données historiques (la SecondeGuerre Mondiale, la zone libre, le manque de charbon, les rafles), de données qui concernent les personnages (on connaît d'emblée la situation familiale des personnages, on devine leur tranche d'âge avec facilité). Le cadre de la pièce est un atelier de confection où s'affairent des employés qui sont en majorité des femmes, à l'exception de deux hommes : le patron, monsieur Léon, et le presseur. Lesfemmes parlent de leur expérience de la guerre à travers de nombreux sous-entendus, de même que de leur situation de famille. Les longs temps de pause qui entrecoupent leur dialogue, le caractère allusif de leur conversation, s'abstenant de mentionner les nazis tout en se comprenant fort bien, signalent qu'elles peinent à se raconter les épreuves qu'elles ont dû subir, et soulignent le fait qu'ellesse raccrochent à ce qu'elles ont pu perdre durant cette guerre meurtrière. Ces malheurs communs les rapprochent cependant. Le lecteur se doit de reconstituer l'histoire de chacun des personnages, en sélectionnant les éléments du textes qui sont dispersés tel un puzzle.

La pièce se déroule en dix scènes courtes, indépendantes les unes des autres dans le temps (la première se situant en 1945, ladernière en 1952) mais toujours exclusivement dans un même lieu, à différents moments de la journée ou de la nuit, dans cet atelier textile, espace de travail où se retrouvent employés et patrons. Dès la première scène se dessinent les personnalités diverses des couturières et presseur, puis des supérieurs. Le lecteur suit l'évolution de chacun, leurs petites histoires personnelles se mêlent àl'histoire de tous dans un flot de paroles, de répliques courtes souvent, dynamiques. La règle des trois unités n'est pas respectée dans son entier, mais la pièce tourne néanmoins autour de trois axes. Tout d'abord, Simone. La première scène s'ouvre avec son arrivée dans l'atelier, la dernière se clôture avec son absence pour cause de maladie. Cette femme juive a vécu en 1943 l'arrestation de sonépoux par la milice française et son départ de Drancy pour les camps. Elle a deux enfants à charge : un de dix ans et un de six ans. En 1945, elle a encore l'espoir de retrouver son mari. Sa vie s'articule entre son travail fastidieux, l'éducation de ses enfants, et les longues files d'attentes dans diverses administrations chargées l'organiser le retour des déportés. Plus les années passent et plusl'espoir se transforme en un constat triste, mais lucide : il lui faut un acte de décès pour tenter de recevoir des aides financières de l'État. Elle le recevra d'ailleurs dans la scène7 (« L'Acte de Décès »), papier prétendant son époux mort à Drancy le jour de son départ pour Lublin Maïdanek, et non dans ce camp. Simone est ensuite confrontée à la question de refaire ou non sa vie, raconte sesaventures peu concluantes avec des hommes intéressés, et témoigne finalement d'une certaine réticence pour la grande mascarade des couples pragmatiques d'après guerre. Finalement, dans la dernière scène, elle est malade à l'hôpital, et c'est son fils qui vient en informer le patron. En deuxième axe, nous avons le patron, Léon, et avec lui le fonctionnement difficile de l'atelier. Son ambiance...
tracking img