L'autisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1723 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
CONFERENCE SUR L’AUTISME
Le 23 octobre 2007
Docteur Gabbaï (psychiatre)

Introduction :

L’Autre nous surprend, nous interroge, nous inquiète. Son isolement, son intérêt pour l’objet nous fascine et nous effraie. Durant la conférence nous verrons lesautistes, le psychotique. Quelles différences peut-on faire ? Durant la journée nous essaierons d’avoir une autre idée de l’accompagnement que l’on peut avoir.

Les troubles envahissant du développement
Les professionnels vivent et aident à vivre ces personnes en difficulté. Nos objectifs sont de les aider, de les accompagner mais aussi de comprendre grâce à des hypothèses.
Les troubles envahissantapparaissent dans le développement de l’enfant de 0 à 10 ans. Les troubles regroupent 3 éléments :

- La socialisation
- La communication
- Intérêt et acticité restreinte.

Dans ces troubles envahissant, 5 troubles sont répertoriés :

- L’autisme : pas de langage, peu de communication, absence de jeu, pas de pointage du doigt, pas de réponse affective (pas de sourire par exemple enretour). C’est à l’âge de 3 ans que l’on détecte l’autisme.

- Syndrome de Retz : développement normal pendant les 6 à 12 moi voir 18 mois. Puis le développement faiblit : arrêt de la croissance, perte de la compétence, détérioration cognitive, perte du langage. Ces enfants sont épileptiques dans 2/3 des cas. Il fait partir des troubles car il y a un arrêt du développement. Le syndrome de Retz estdifférent de l’autisme car n il ressent plus de choses : il a des sentiments.

- Troubles désintégratif : Développement normal jusqu’à 10 ans. C’est une forme de psychose mais ne pas employer ce terme, c’est désintégratif.

- Syndrome Asperger : niveau cognitif normal, scolarisation aussi. C’est un rain man.

- Troubles non spécifié : ce sont les troubles que l’on ne sait pas classer.

Quelfonctionnement mental ils utilisent ? Nous nous sommes névrotiques (pas mal d’estime, attachement à moi-même, manque de confiance, regard des autres…) Nous avons aussi un bon rapport à la réalité.
Pour eux, c’est différents : un comportement agressif de la part d’un résident ne doit pas interpréter comme tel. Ils fonctionnent de façon différente. C’est à dire qu’il a deux fonctionnements mentaux :Autistique
Psychotique

On peut utiliser les deux à la fois ou un seul. Le fonctionnement n’a rien à voir avec le diagnostic. On peut être autiste (diagnostic) mais avoir des fonctionnements de psychotique.
Nous trouvons 3 fonctionnements autistiques :

1) L’autiste réussi :
C’est une cause organique, cérébral, neuro sensoriel !! ce n’espas de la faute des parents. Le dysfonctionnement cérébral génère la théorie de l’esprit : un enfant comprend lorsqu’on parle, il réagit : bienveillance affective.
L’enfant normal se sent inscrit dans un milieu connu. Cela lui permet d’entre dans la société. On se construit avec l’apport de l’autre, le lien avec l’autre, l’enfant grandit (accordage) : C’est l’enveloppe corporel et psychique(relation avec l’autre).
Chez les enfants autistes, il n’y a pas de théorie de l’esprit. Je vois la personne mais il n’y pas de lien avec l’Autre. Il n’y pas d’enveloppe. De ce fait, l’autiste n’a pas le sentiment d’exister, c’est l’angoisse autistique
Quel est le sentiment de ne pas exister ?
Un bébé qui boit ressent un bouquet de sensation, et lorsque le biberon part étant donnéqu’il y une enveloppe, il y une trace de cette expérience dans la tête, dans la bouche… Chez l’autiste sans enveloppe, quand il boit il ressent des choses aux niveaux de la bouche mais quand on lui retire ce plaisir, i l a l’impression qu’on lui arrache sa bouche, c’est ce que l’on appelle le trou noir. L’’nefant autiste à le sentiment d’exister lorsqu’on lui apporte des sentiments des...
tracking img