L'autogestion dans l'entreprise

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 48 (11938 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CARACACHE Thomas Groupe 9
GARCEAU Ferdinand
ROLLET Lewis

L’autogestion dans l’ entreprises



Sommaire :

Introduction………………………………………………… p.2

1.Les origines de l’autogestion………………… p.2

1.1. Origines de la pensée……………………………………… p.2
1.2. La diffusion aux classes ouvrières…………………. p.10

2.Pour quellesraisons les ouvriers veulent-ils gérer leurs entreprises ?.............................................. p.20

2.1.Pour des raisons économiques………………………… p.20
2.2. Mais aussi dans un but social…………………………. p.31

3.Comment les ouvriers ont-ils appliqué cette autogestion ?....................................................... p.37

3.1. L’usine Lip…………………………………………………….. p.37
3.2. TowerColliery……………………………………………….. p.45

Conclusion………………………………………………….. p.50
Bibliographie/Filmographie………………………... p.53


Introduction :

Autonomie de la gestion, ou autogestion, est, en définition, le fait que dans un certain groupe, les décisions sont prises par l’ensemble des membres de ce groupe. Dans une entreprise, c’est la suppression de toute distinction entre dirigeants et dirigés.Conceptualisée par Proudhon et d’autres anarchistes et libéraux du XIXème siècle, l’autogestion dans une entreprise est mise en place pour de nombreuses raisons, tout aussi bien économiques que sociales. En France, son meilleur exemple est celui de l’usine Lip en 1973. Mais une entreprise autogérée pourrait-elle perdurer dans une société capitaliste telle que la notre ? C’est ce à quoi nous allonsessayer de répondre .


1.Les origines de la pensée
autogestionnaire

1.1.Quelques théoriciens de l’autogestion

Pierre-Joseph Proudhon (né le 15 janvier 1809 à Besançon 1 dans le Doubs, mort le 19 janvier 1865 à Passy, France) :

C’est un polémiste, publiciste, économiste, philosophe et sociologue français. Il fut le premier à se qualifier d'anarchiste. On luidoit la fameuse formule « La propriété, c’est le vol » qui figure dans son mémoire Qu'est-ce que la propriété ? ou Recherche sur le principe du Droit et du Gouvernement, son premier ouvrage majeur, publié en 1840.

Pour ce sociologue, qui fut un des principaux théoriciens de l’autogestion, étant admis que le capital n’est pas en soi créateur, il se demande pourquoi il y a formation d’intérêts etaccumulation de bénéfices. Pour lui, cela est dû uniquement grâce au processus de travail, c’est-à-dire grâce à l’apport de force dans le processus de production (« la valeur intrinsèque d’un produit n’est pas déterminable, mais la quantité de travail incorporée place le bien ou le service produit dans une échelle générale des coûts de revient »). Donc, comme le travail est seul producteur devaleur, le profit devrait uniquement rétribuer le travail des ouvriers.
Cette réflexion tend à démontrer une appropriation du travail des ouvriers et de la répartition des bénéfices par le système capitaliste. Preuve est donc faite que la fin de l’exploitation passe par la destruction de ce système.

Proudhon réglerait le problème grâce à la force collective des ouvriers, car il voit leprolétariat comme une entité unie : « Dans la société travailleuse… Il n’y a pas des travailleurs, il y a un travailleur unique diversifié à l’infini » (dans Carnets). Dans le système qu’il souhaiterait voir exister, les ouvriers travailleraient pour le collectif de l’usine, de façon à ce que les bénéfices soit égalitairement répartis entre les travailleurs.
On peut donc comprendre pourquoi Proudhon vas’intéresser à l’autogestion, système qui permettra de payer le travail des ouvriers à son juste prix.

Proudhon critique les partisans de l’association (système d’autogestion de l’époque le plus proche de celui qu’il avait imaginé)
car ils se fondent sur des sentiments et des valeurs morales plus que sur les aspects économiques de la chose.
En effet, il pense qu’il est impossible de...
tracking img