L'autoportrait

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6289 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Autoportrait
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : Navigation, rechercher

Dürer : Autoportrait à la fourrure L'autoportrait, figure de l'artiste par lui-même, est un exercice que de nombreux peintres ont pratiqué. Le genre, qui semble absent dans l'antiquité, et exceptionnel au Moyen Âge, émerge avec la Renaissance, lorsque l’individu devient en soi un centre d’intérêtmajeur.

Sommaire
[masquer] • 1 Histoire de l’autoportrait • 2 Les grands maîtres de l'autoportrait • 3 Techniques de représentation • 4 Psychanalyse de l'autoportrait • 5 Autres acceptions • 6 Autoportraits d'hommes • 7 Autoportraits de femmes o 7.1 Exposition • 8 Bibliographie • 9 Références • 10 Articles connexes o 10.1 Thèmes artistiques o 10.2 Liens externes

Histoire de l’autoportrait[modifier]

La création de la peinture a été rapportée à la vision de Narcisse se contemplant dans son miroir (Alberti) et se réfère donc directement à l’autoportrait. Au-delà de l'introspection, l'autoportrait fut une manière commode d'exercer sa technique (le modèle le plus facilement disponible étant soi-même). On note l’apparition des premiers autoportraits dès le XIIe siècle dans lesenluminures, mais ils s'apparentent en fait à un procédé de signature (celles-ci étant souvent accompagnées du nom de l'exécutant) plus qu'à de réelles expressions picturales. Le procédé consistant à se peindre parmi les personnages d’un événement, sorte de signature visuelle du tableau, aurait été utilisé dès 1359 dans l’Assomption de la Vierge d'Andrea Orcagna, de même que peut-être par Fra Angelico. Laprimeur incontestable du procédé pourrait cependant revenir à Benozzo Gozzoli, qui se met en scène, s'avançant parmi la foule, coiffé d'un bonnet sur lequel son nom est inscrit, dans la fresque de l'adoration des Mages (Chapelle des mages, 1459, à Florence). De même, Piero della Francesca se représente en soldat, lourdement endormi, dans sa Résurrection (vers 1463-1465, Sansepolcro), alors queSandro Botticelli, se tourne orgueilleusement vers le spectateur, dans une autre Adoration des mages (Florence, 1475). Filippo Lippi reprend le procédé dans le cycle de fresques des Scènes de la vie de la Vierge (Cathédrale de Spolète, vers 1465), ainsi que son fils Filippino Lippi dans La dispute avec Simon le Proconsul de la chapelle Brancacci de Santa Maria del Carmine (1471-1472), à l'achèvementde laquelle il participait. De la même manière, on verra Albrecht Dürer traverser avec un ami le paysage du Martyre des 10 000 (1508).

Les grands maîtres de l'autoportrait [modifier]
Dürer est un des grands créateurs du genre de l'autoportrait, comme représentation distincte de soi. Il se dessine dès l'âge de treize ans en 1484, puis peint trois grands autoportraits en 1493, 1498 et 1500. Celuide 1500 (Munich, Alte Pinakotek) est particulièrement remarquable car Dürer s’y peint de face, un angle de vue que peu de peintres ont utilisé pour se représenter. Dans tous les cas, l'image de soi est rapprochée de son monogramme, soigneusement calligraphié. Dürer est également le premier artiste à se représenter nu (1503). Enfin il n'hésite pas à se dessiner sous les traits du Christ, en 1522et 1523, quelques années avant sa mort. Les grands peintres italiens de la Renaissance ont réalisé assez peu d’autoportraits. Le premier est sans doute celui du Pérugin vers 1500 (collège du Cambio, à Pérouse). On connaît un dessin de Léonard de Vinci (1512). Quant à Michel-Ange, il a donné son visage à la dépouille de saint Barthélemy dans le Jugement dernier de la chapelle Sixtine (1536-1541) ;et plusieurs de ses sculptures peuvent s'assimiler à des autoportraits idéalisés, comme le San Procolo du tombeau de Saint Dominique à Bologne. Giorgione a peint vers 1509-1510 son autoportrait en David. Raphaël nous est plus connu : on le voit parmi les personnages de l'École d'Athènes (1510), dans un autoportrait présumé de 1516, au Louvre ; ou encore avec un ami auquel il tient l’épaule (1518,...
tracking img