L'avare

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (626 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LELAY 26/04/10
Rémi
2eA
Français

Question 1 à 6 page 64

1) La préoccupation des deux personnages principaux est de garder l’argent qu’ils possèdent. Ces deux personnages sontmonomanes car ils ont un souci obsessionnel de leur or ou argent.
2) Le monomane le plus inquiet le plus agité est Harpagon à qui on vient de dérober son argent car le monologue contient denombreuses modalités de phrases exclamatives, interrogatives et interro-négatives « Au voleur ! Au voleur ! à l’assassin ! au meurtrier ! », « Où courir ? où ne pas courir ? ».
3) Les figures de stylesdominantes sont les personnifications « mon pauvre argent mon cher ami » les gradations « Je me meurs, je suis mort, je suis enterré » les énumérations « à servantes, à valets, à fils, à fille » leshyperboles « on ma coupé la gorge », « N’y a-t-il personne qui veuille me ressusciter ».
4) La didascalie montrant l’ironie de Stapyla est celle de sa dernière réplique : « ironiquement ». L’ironierepose sur les excès du personnage de l’avare qui est ridiculisé devant le spectateur tout au long de ce monologue lieu de la double énonciation. Toutes ces exagérations nous montrent que Molièretourne en ridicule la réaction du personnage et son attachement à l'argent. Il tend à enseigner quelque chose au spectateur et au lecteur: l'avarice est un défaut.
5) Dans le texte de Plaute on trouvedes indications sur la fille d’Euclion dont l’accouchement est maintenant tout proche « honte de sa fille dont l’accouchement est tout proche » mais aussi sur les lieux la maison et la rue « gardezla maison », « restée seule dans la rue ». Oui nous retrouvons ces indications chez Molière car on sait qu’Harpagon est dans le jardin « il crie au voleur dès le jardin » on sait aussi qu’il en veut« à servantes, à valets, à fils, à fille ».


6) Plaute au IIe siècle av JC écrit l’Aululaire qui met en scène le personnage d’Euclion un avare. En 1668 Molière écrit l’Avare,
Comment Euclion...
tracking img