L'avenir d'un illusion

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3583 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
MORT OU VIF; LA QUESTION DE L'ANALYSE LAÏQUE

Monique BESSE

1925 - Freud écrit une notice biographique sur Joseph Breuer qui vient de mourir à l'âge de quatre-vingt quatre ans. 1925 - Publication en allemand des Einige Nachträge zu Ganzen der Traumdeutung : récemment traduits sous le titre de : Quelques additifs l'ensemble de l'interprétation des rêves. Ces notes ne furent jamais intégrées àl'Interprétation des rêves contrairement ce que souhaitait Freud. On lit dans la Standard Édition : "La quasi-acceptation par Freud de l'authenticité de la télépathie dans le dernier de ces essais, avait provoqué de vigoureuses protestations de la part d'Ernest Jones qui assurait que cela nuirait la cause de la psychanalyse dans les cercles scientifiques, en Angleterre particulièrement". 1926 -La question de l’analyse analyse laïque (1). Texte écrit en quelques semaines l'occasion d'une action judiciaire entamée contre Théodore Reik pour exercice illégal de la médecine. Ce texte pose deux questions essentielles. L'une est de nature épistémologique : la médecine comme éventuel corpus scientifique est-elle ou non le référent dominant de la théorie psychanalytique ? Et plus généralement,quels sont les rapports de la psychanalyse avec la science, les sciences ? La deuxième est d'ordre déontologique ou professionnel : qui peut exercer la psychanalyse? C'est cette question qui sera le centre du débat du Congrès de 1' A.P.I. Innsbruck en 1927. S'y opposaient les tenants d'une pratique réservée aux seuls médecins (les américains principalement) ceux qui défendaient le point de vue desnon-médecins (Freud - les Hongrois Alexander). On peut résumer schématiquement le point de vue des "médicalistes" : -La psychanalyse est une thérapeutique qui peut guérir certaines maladies nerveuses, - "Le traitement des malades étant le domaine réservé de la médecine" comme dit Schilder, la pratique de la psychanalyse doit être confiée aux seuls médecins qui se trouvent être d'ailleurs lesreprésentants d'une approche scientifique et d'une éthique professionnelle impeccable.

Le médecin et le curé mis dans le même sac par le titre de Freud ont en effet cette propriété extraordinaire de pouvoir représenter quelque chose qui les transcende et fonde leur pouvoir curatif. Avec la disparition de l'Ancien Régime et la montée du capitalisme, la religion perd sa place au profit de la sciencequi viendra la relayer auprès de l'État comme moyen de contrôle des modes de vie et de pensée. Bien plus que le savant figure toujours mystérieuse et ridicule, le médecin est le représentant de la Science. Comme le curé, il est sur le terrain, confident des familles, des femmes en particulier en lesquelles il trouvera d'infatigables auxiliaires son projet hygiéniste. Comme le souligne Jones dans sonrapport, il semble que le monopole médical soit moins bien assuré aux États-Unis que dans les pays européens : "Le respect des traditions dans le domaine du savoir est loin d'être aussi répandu en Amérique qu'en Europe. Il est difficile aux européens de réaliser la quantité et la variété incroyable de pseudo-scientifiques, de charlatans, en Amérique et la curieuse estime dont ils jouissent. Noscollègues américains sentent que leur seul espoir est d'unir la psychanalyse (en tant que champ spécifique) une profession déjà établie : la médecine" (2). S'il faut garantir un monopole aux médecins c'est donc qu'ils ne l'ont pas. Encore moins aux États-Unis qu'ailleurs. Ça soigne et ça guérit tous azimuts. Et comment distinguer un psychanalyste de ses confrères guérisseurs, sorciers et autreschiromanciennes ? Progressivement le psychanalyste renonce aux instruments, à la blouse blanche, à l'établissement de cure. "Ils parlent, ils parlent ensemble" dit Freud à son interlocuteur. En voilà une spécialisation! En fin de compte aux yeux du public, seule l'origine de l'analyste témoigne de sa qualification scientifique : Docteur Untel. Quel est d'ailleurs le psychanalyste médecin qui...
tracking img