L'aviation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1978 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Inventeur depuis son plus jeune âge, Clément ADER mit au point plusieurs appareils volants. En 1890, il réalisa son réve et s'éleva de terre avec son premier avion, l'Eole, du nom du dieu grec des vents. Cet ingénieur Français est aujourd'hui considéré comme le père de l'aviation .
La passion d'inventer.
En 1890,  Clément ADER a 49 ans. A 15 ans, il a fabriqué un cerf volant, assez puissantpour emporter un homme, puis un vélo métallique perfectionné avec des roues en caoutchouc...
Devenu ingénieur des Ponts et Chaussées, il a continué à réver de s'élever dans les airs et pendant la guerre de 1870, il a construit à ses frais un ballon. En 1876, il quitte les Ponts et Chaussées pour devenir inventeur à plein temps. En quelques années, il s'assure une fortune confortable, grâce àd'importants perfectionnements apportés à une invention, le téléphone, pour lequel il met au point un microphone léger et solide.
Un pas historique de 50 métres.
ADER, a fabriqué un moteur à vapeur de 20 cv. Il est fort léger.  Au total, son appareil ne pèse que 295 kilos avec une surface de voilure de 28 m2. Le 9 octobre 1890, dans le parc du château d' Armainvilliers , prés de Paris. L'instantdécisif est proche. Il n'a invité a ce premier essai en vol que quelques amis a qui il a fait jurer le silence. Il met le moteur en marche, l'hélice tourne, l'appareil roule bientôt sur la pelouse. Tout à coup, il sent l'avion se balancer, les roues ont quittées le sol !!!
Avec précaution, ADER décélère. Il se pose au bout de la pelouse. Il est quatre heures sept. Le plus lourd que l'air vient defaire son premier pas, un pas de cinquante métres à cinquante centimétres du sol !!!
Il restait à inventer un moteur.
Les planeurs avaient des ailes, mais ne volaient pas longtemps. Un moteur devenait nécessaire. En 1845, William Henson et John Stringfellow, deux Anglais, avaient déjà construit un modéle réduit d' aéroplane à vapeur. Personne ne sait si leur appareil décolla vraiment, mais c'étaitle premier pas vers la réalisation d'une machine volante à moteur. Durant le demi-siècle suivant, les ingénieurs furent nombreux à imaginer des engins à vapeur, maquettes ou vrais aéroplanes, qu' ils essayaient de faire décoller. Mais les moteurs à vapeur se révélaient trop faibles ou trop lourds et il fallut attendre l' invention des moteurs à essence, plus puissants et plus légers, pour que lerêve devienne réalité.
L'aéroplane était né.
Un jeudi glacial de Décembre 1903 à Kitty Hawk, en Caroline du nord (Etat-Unis), la machine d'Orville et de Wilbur Wright s'éleva, tremblotante, dans les airs. Elle vola 40 mètres avant de redéscendre et de se poser. C'était le premier vol d'un aéroplane dirigé, propulsé par un moteur à essence.
Lorsqu'en 1908, Wilbur Wright vint en France pourprésenter le Flyer, il était très en avance sur les pionniers européens. Un monoplan à aile unique, à empennage indépendant et à moteur à éventail.
En 1908, Louis Blériot ajouta sur ses avions le système des frères Wright pour gauchir les ailes ( ce système empêche à l'avion d'avoir du roulis, lui permet de voler à l'horizontale et de garder l'équilibre en prenant les virages). Ce qui lui permettra detraverser  la Manche à bord de son avion, le Blériot type XI.
Le Blériot XI s’envole le 29 juillet1909, au lever du jour, peu après 4 h 40, plafonne entre 80 et 100 mètres d’altitude et atterrit à Douvres, après une traversée de 33,7 kilomètres, dans un temps de 37 minutes. L’émotion est considérable à travers le monde, et l’événement sera décisif pour l’essor de l’aéronautique.
 
Un, deux, troisjeux d'ailes étaient possibles.
Les monoplans ( un seul jeu d'ailes ) étaient jugés vers 1910 comme peu solides malgré la performance de Louis Blériot. Au début de la Première Guerre Mondiale, l'aéroplane était, cependant, une machine sophistiquée et fiable.
Les biplans semblaient représenter un meilleur compromis entre la solidité et une moindre résistance au vent.
Les triplans, surtout...
tracking img