L'avortement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2794 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L'avortement
Sommaire :

Introduction

Questions – Réponses :

Les chiffres ?
Les droits envers la loi Française ?
En Europe & dans le monde ?
Les délits ?
Les étapes de l' IVG ?
Les dangers & conséquences ?

Conclusion

Introduction :

L'arrivée d'un futur enfant est désiré ou non. Certaines jeunes femmes voient l'arrivée de cedernier comme une joie mais cela peur perturber certaines adolescentes. Les risques d'une interruption volontaire de la grossesse peuvent engendrer des problèmes. Néanmoins beaucoup d'adolescentes ont recours à ce moyen car la grossesse a beaucoup de conséquences à ne pas prendre à la légère.
L'IVG est-il le moyen le plus efficace et sans conséquences ?
Nous allons donc voire les droits de lamaman face à cette interruption volontaire de la grossesse, ses étapes, ses dangers & ses conséquences.

Les chiffres :

Les nombre d'IVG est évalué en France métropolitaine à 209 700 en 2006 (soit 1 grossesse sur 4). Depuis 2002, ce chiffre reste relativement stable avec de petites fluctuations d’une année sur l’autre. La part des IVG médicamenteuses progresse quant à elle régulièrementatteignant 46 % en 2006.Les quatre cinquièmes des IVG concernent des femmes qui ont entre 20 et 40 ans mais depuis quelques années, s'’ils sont stables au-delà de 20 ans, ils continuent d'augmenter chez les femmes de moins de 20 ans.Chez les mineures, le nombre d'IVG est passé de 13.230 jeunes en 2006 (chez les jeunes filles de 15 à 17 ans) à 11.500 deux ans plus tôt. Chez les moins de 15 ans, ellesont été 848 à subir une IVG en 2006.

Tableau publié dans Le Quotidien du Médecin du 26/09/06

Les droits envers la loi francaise :

Depuis la promulgation de la “loi Veil” le 17 janvier 1975, l'avortement est devenu le premier acte chirurgical pratiqué en France, mais le projet de la loi AUBRY veut éliminer les limitations à l'avoretements mises au point par la loi VEIL.
Elle seramodoifée de la façon suivante :

Les sanctions pénales pour incitation à l'IVG sont suppriméés & la clause de conscience garantite au personnel de le pratiquer.
En effet, les chefs de service auront l'obligation d'oganiser l'avortement dans leur service, même s'ils refusent, à titre personnel de le pratiquer.

Réduction de la clause de conscience des médécins, qui sont obligés decommuniquer à la femme des noms de praticiens pratiquant des avortements.

Un foetus existe à partir de 16 semaines

Pour avoir recours à une IVG, l'autorité parentale n'est plus obligatoire, du moment qu'il y ait une personne majeure, adulte référent, avec la mineure concernée.

L'avoretement, qui était illégal au-delà de la dixième semaines de grossesse, est aurorisé jusqu'à ladouzième semaines.

Les medecins ayant pratiqué un avortement illégal ne seront plus interdits d'exercer.

La durée légale pour la realisation de l'IVG qui est portée de 12 à 14 semaines d'aménorrhée ( l'absence de règles )

Autorise la prescription de la pilule RU 489 par les médecins de la ville.

Elimine la restriction de la loi de 1975, qui n'était d'ailleurs pas appliquée :l'IVG était laissée à la femme que si sa grossesse “ se placait dans une situation de détresse “

Suppression de l'obligation de concultation préalable, sauf pour les mineurs.

Suppression du délits de provocation de l'avoretement.

Suppression de l'interdiction d'exposition, de vente ou des dispositifs médicaux nécessaires à l'avoretement par des non pharmaciens.
- Suppression dudélit de propagande ou de publicité en faveur des établissements d'avortement et des moyens d'avorter.

Généralisation du délits d'entrave à l'avortement aux pressions morales et psychologiques.,


Notamment, quelqu'un qui tenterait de dissuader une femme d'aller avorter peut être traduit en justice. Ces modifications de la loi concernant l'IVG ont été publiées au Journal Officiel de la...
tracking img