L'eau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 28 (6755 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’eau

Remarque :
 Ce mémoire portera uniquement sur l’eau douce, car, bien que ne représentant que seulement 2% du volume global disponible sur Terre, celle-ci est indispensable à l’homme, quelle que soit la latitude et la longitude.
 
TABLE DES MATIERES
1. Introduction :
2. L’eau, élément indispensable, facteur de richesse :
2.1. Source de vie :
2.2. Facteur de richesse :3. Bilan hydrique mondial :
3.1. Données géophysiques :
4. Inégalité des ressources en eau et accroissement diversifié de la demande :
4.1. Une répartition très inégale des flux d’eau naturels :
4.2. L’aggravation prévisible de la disparité :
4.2.1. Un taux de croissance démographique souvent élevé :
4.2.2. Les impératifs de la croissance économique :4.2.3. Différence entre pays développés et pays en développement :
4.2.4. La diversification et la concurrence des usages :
5. L’eau moyen, stratégique des Etats :
5.1. La théorie de la frontière appliquée aux fleuves et lacs :
5.2. L’eau et la défense du territoire :
5.3. L’eau, moyen offensif :
6. Un instrument politique :
6.1. Les ambitions géopolitiquesrégionales :
6.2. Le règlement de problèmes politiques territoriaux :
6.3. Un enjeu stratégique :
7. Les zones " hydro conflictuelles " majeures:
7.1. Le contexte le plus alarmant : le Proche et Moyen-Orient :
7.1.1. Affrontements passés :
7.1.2. Situation :
7.2. Autres zones " hydro conflictuelles » :
7.2.1. Le Nil :
7.2.2. Afrique noire :7.2.3. Amérique :
7.2.4. Asie :
7.2.5. Europe : diffèrent sur le Danube :
8. Des risques d’actions terroristes :
9. Droit international de l’eau :
10. Conséquences de l’absence d’une véritable législation internationale :
10.1. Rapports de force et réactions en chaîne :
10.2. Avantages de fait au riverain d’amont :
10.3. Avantage au plus puissant :
11.Conclusion :
 

 

Introduction :

L’eau douce se raréfie et, de plus en plus, l’offre ne répond plus à la demande. Le " don du ciel ", indispensable à la santé, au bien être et au développement économique, longtemps considéré comme une ressource inépuisable, est devenu un bien rare, donc cher et conflictuel.
Les chiffres sont brutaux : tous les vingt ans, télescopés par une triplecroissance _ la démographique, l’agriculture irriguée et l’urbanisation _, les besoins en eau doublent. Tant et si bien qu’en moyenne la quantité d’eau disponible par habitant a diminué de 40% depuis 1970. Un chiffre qui, globalement, n’a encore rien de très inquiétant, tant les réserves de la planète sont importantes, mais qui dès à présent, agit comme un niveau d’alerte dans certaines régions dumonde. Vingt-quatre pays sont d’ores et déjà en dessous du niveau de pénurie et, d’ici un quart de siècle, les régions en situation de " stress hydrique " pourraient concerner environ les deux tiers de la planète, selon l’Organisation Météorologique Mondiale.
On fait des guerres pour un enjeu moindre. Dans le monde, on relève quelques trois cents zones de conflits potentiels pour cause de fleuvestransfrontaliers ou de nappes phréatiques communes. Les problème principaux sont la sécheresse, la pollution et la croissance démographique. Le coût de l’eau augmente de manière régulière.
C’est pourquoi, l’eau est devenue un sujet de préoccupation majeur des Etats. C’est pour eux, un facteur déterminant de survie qu’il convient de traiter tant par des décisions de politique intérieure, que pardes actions de politique extérieure
 Non seulement la ressource est de plus en plus exploitée quantitativement, mais elle se dégrade aussi qualitativement (pollution).
Ce désastre humanitaire concerne les pays du sud, mais il commence à toucher nos pays tempérés et riches. Les pollutions d’origines agricole (nitrate et pesticides) et industrielle laissent de plus en plus de trace dans les eaux...
tracking img