L'education dans gargantua

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (574 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Toucquedillon fut présenté à Grandgousier qui l’interrogea sur les agissements et desseins de Picrochole, et le but qu’il poursuivait par cette agitation désordonnée. Il répondit que son but et sondessein étaient de conquérir tout le pays, s’il pouvait, en raison de l’injustice faite à ses

« C’st trop d’ambition, dit Grandgousier : qui trop embrasse mal étreint. Ce n’est plus le temps deconquérir ainsi les royaumes au rand dam de son frère en chrétienté. Cette imitation des anciens héros, les Hercule, Alexandre, Hannibal, Scipion, César et autres, s’oppose aux préceptes de l’Evangile,qui nous ordonne de garder, protéger, régir et administrer chacun ses domaines, et non pas d’envahir par la force les autres ; et ce que les sarrasins et les Barbares appelaient jadis prouesses, nousl’appelons maintenant brigandages et méchancetés. Il aurait mieux fait de se maintenir dans son domaine, en le gouvernant comme un bon roi, que d’attaquer le mien, en le pillant comme un ennemi ; car enle gouvernant bien il l’aurait grandi, en me pillant il sera détruit.

« Allez-vous en, au nom de Dieu, entreprenez un bon travail ; remontrez à votre roi les erreurs que vous reconnaissez, et ne leconseillez jamais en fonction de votre intérêt personnel, car le bien de chacun se perd dans le désastre commun. Quant à votre rançon, je vous en fais remise totalement, et je veux qu’on vous rendevous armes et votre cheval.

« C’est ainsi qu’il faut agir entre voisins et anciens amis, car le différend qui est entre nous n’est pas vraiment une guerre ; ainsi Platon refusait qu’on parle deguerre, mais de sédition, quand les Grecs prenaient les armes les uns contre les autres ; et si par malheur cela arrivait, il recommande qu’on use de la plus grande modération. Si vous l’appelez guerre,elle n’est que superficielle, elle n’est point ancrée au tréfonds de nos cœurs ; car nul d’entre nous n’est outragé dans son honneur, et il n’est question, finalement , que de réparer une faute...
tracking img