L'education sentimentale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (570 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
lis ne s’étaient pas vus depuis
deux ans ; et, leurs embrassades étant finies, ils allèrent sur les ponts afin
de causer plus à l’aise.
Le Capitaine, qui tenait maintenant un billard à Villenauxe,s’était fâché
rouge lorsque son fils avait réclamé ses comptes de tutelle, et même
lui avait coupé les vivres, tout net. Mais comme il voulait concourir plus
tard pour une chaire de professeur àl’Ecole et qu’il n’avait pas d’argent,
Deslauriers acceptait à Troyes une place de maître clerc chez un avoué. A
force de privations, il économiserait quatre mille francs ; et, s’il ne devait
rientoucher de la succession maternelle, il aurait toujours de quoi travailler
librement, pendant trois années, en attendant une position. Il fallait
donc abandonner leur vieux projet de vivre ensembledans la Capitale,
pour le présent du moins.
Frédéric baissa la tête. C’était le premier de ses rêves qui s’écroulait.
« Console-toi », dit le fils du capitaine, « la vie est longue : nous
sommesjeunes. Je te rejoindrai ! N’y pense plus ! »
Il le secouait par les mains, et, pour le distraire, lui fit des questions sur
son voyage.
Frédéric n’eut pas grand’chose à narrer. Mais, au souvenir deMme Arnoux,
son chagrin s’évanouit. Il ne paria pas d’elle, retenu par une pudeur.
Il s’étendit en revanche sur Arnoux, rapportant ses discours, ses
manières, ses relations ; et Deslauriers l’engageafortement à cultiver
cette connaissance.
Frédéric, dans ces derniers temps n’avait rien écrit ses opinions littéraires
étaient changées : il estimait pardessus tout la passion ; Werther,
René,Frank, Lara, Lélia et d’autres plus médiocres l’enthousiasmaient
presque également. Quelquefois la musique lui semblait seule capable
d’exprimer ses troubles intérieurs ; alors, il rêvait dessymphonies ; ou
bien la surface des choses l’appréhendait, et il voulait peindre. Il avait
composé des vers, pourtant ; Deslauriers les trouva fort beaux, mais sans
demander une autre pièce.
Quant à...
tracking img