L'embarquement de la reine de saba

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2056 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Claude Gellée dit Le Lorrain,
L’embarquement de la reine de Saba, 1648.
Huile sur toile, 149 x 194 cm.
National Gallery, Londres.

Analyse iconique
Ce tableau, sur lequel la lumière est très travaillée, représente un port en fin de journée.
La mer vient lécher le premier plan de sable sur le quel discutent deux hommes richement vêtus, une encre repose au sol.
Le second planreprésente : sur la gauche, des colonnades qui s’avances timidement dans l’eau et sur le sol desquelles se repose un homme, allongé sur un linge. Au centre, trois hommes chargent une petite barque et sur la droite, un travailleur détache la barque et d’autres jeunes gens semblent admirer la scène du plan central.
Le troisième plan (ou plan central) englobe la majeure surface du port, la mer,quelques barques, on devine un bateau plus grand derrière les colonnades et sur la droite un grand bâtiment - deux étages, un balcon, des statues, des colonnes - dont les escaliers mènent dans l’eau. De ces escaliers descend un cortège d’une douzaine de personnes, quelques curieux les observent, il s’agit de la reine de Saba et de son escorte se dirigeant vers sa barque pour ensuite prendre le large.Un arbre immense semble « déborder » derrière le bâtiment.
Le quatrième plan marque la fin du port, une tour, des murs. Deux navires, voiles pliées attendent l’embarquement, une barque accoste l’un d’eux. On croit un peu plus loin deviner un phare.
Le dernier plan est celui de l’horizon, la fin de la mer, le début du ciel, que parsèment quelques nuages et surtout, ce qui semble être le sujetcentral du tableau : le soleil et sa lumière rasante. La lumière était en effet une des préoccupations majeures de la peinture du Lorrain.

Le texte de référence
L’image décrit une situation biblique imaginaire. En effet, Le Ier livre des Rois X, 1 et 2 Chroniques IX, 1. mentionne que « La reine de Saba apprit la renommée de Salomon de par le Nom de Yahvé et vint éprouver celui-ci par desénigmes. », le second livre des paralipomènes de la bible chapitre IX parle, lui, de « très grandes richesses […] » qu’elle apporta avec elle, mais aucun texte ne décrit ni son arrivée ni son départ de Jérusalem.
Le Lorrain a donc sorti cette scène de son imagination, la plaçant pourtant dans le déroulement logique de l’Histoire : si la reine de Saba est allée voir Salomon, elle a bien du partir etrepartir.

Le vocabulaire iconique de l’artiste
On dénombre avec certitude sur ce tableau 31 travailleurs qui s’activent, au sol, sur les barques ou les bateaux. On les reconnais principalement à leur activité : certains chargent des coffres, d’autres dirigent les barques, les amarrent ou détachent la voile du bateau au second plan. Mais on peut aussi se fier à leur vêtement, bras et jambes nus,leur toge ne montre aucun signe de richesse.
Au premier plan, sur la droite du tableau, discutent deux hommes qui eux sont richement et entièrement vêtus et ne semblent captivés ni par le cortège de la reine ni par les travailleurs. Ils parlent sans doute d’argent.
Le cortège de la reine, ensuite, est lui composé d’une douzaine de personnes, deux hommes précédant la reine et celle que l’on peutreconnaître comme sa suivante - du fait de la coiffe qu’elle porte – et le reste, des femmes uniquement, composant sans doute la suite de la reine s’alignent derrière elle. Les habits sont ici aussi riches, couvrants et ont de beaux drapés, de belles couleurs. On reconnais la reine à sa cape et à sa position hiérarchique : deux hommes la précèdent et l’aident à descendre les marches, le reste desgens la suivent, tout semble très organisé.
Les autres personnes présentes sur le tableau sont des gens venus regarder et applaudir la reine ; on en trouve sur les marches et au balcon, ils sont tous tournés vers le cortège royal. Ils sont vêtus de différentes manières, certains pas plus que des ouvriers, d’autres de toges drapées, ils représentent l’entier du peuple.
Le décor dans lequel...
tracking img