L'empire du gaabu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3259 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[ Article publié sur http://ethiopiques.refer.sn ] |
|
29. Numéro 28LE GABOU DANS LES TRADITIONS ORALES DU NGABOUPar R.P. GRAVRANDEthiopiques numéro 28 numéro spécial
revue socialiste
de culture négro-africaine
octobre 1981Auteur : R.P. GRAVRANDDans les traditions orales du monde sérèer, il faut distinguer la Tradition guelwaar et la Tradition sérèer pré-guelwaar, qui se situent à desniveaux chronologiques différents.
La Tradition guelwaar est plus récente et plus élaborée. Elle donne une vue d’ensemble de la société sérèer dans les royaumes du Sine et du Saloum. Son niveau chronologique se situe à partir du XVIe siècle. D’une manière générale cette tradition présente l’histoire sérèer vue par les Guelwaar.
La Tradition sérèer pré-guelwaar est plus archaïque et plusdifficile à retrouver sous la couche de tradition guelwaar qui la recouvre parfois. Elle est plus fragmentaire, souvent limitée à une micro-région, à une ancienne chefferie vaincue, à un village, voire à un lignage. Cependant la synthèse de ces données fragmentaires peut conduire à une vue d’ensemble de la période pré-guelwaar.
Son niveau chronologique se situe entre le XIe et le XIVe. C’estl’histoire sérèer vue par les Sérèer avant les Guelwaar.
Dans l’état actuel des connaissances, les plus anciennes de ces traditions remontent à l’an mille. Au-delà, il n’y a plus de tradition orale, mais des vestiges très parlants : amas coquilliers (IVe- IVe siècles) faits de la main des hommes (commencés par les Paléo-Sénégalais et achevés aux SO, ou aux Soninkés, à l’apogée de Ghana. La donnée la plusancienne que j’ai pu relever remonte à 1.000 ans. Elle concerne la région comprise entre Loul Sessen et Fa Jal, au sud-ouest du Sine. Elle indique avec une certaine précision les noms, la date d’arrivée et le lieu d’origine d’un groupe de fondateurs.
Les noms : Lul Jom et sa sœur Cirol Jom, ainsi que Bouré Bandé Ndour.
La date : « Trois cents ans avant l’arrivée de Mayssa Valy Jon ».
Enévaluant cette arrivée à 1340, cela nous mène au début de ce millénaire.
Le lieu d’origine : le Gabou. | | |
Les deux Gabou dans la tradition sérèer
Il y a deux Gabou dans les traditions orales sérèer : le GABOU géographique et historique, qui fait l’objet de ce Colloque et un « Gabou mythique », qui se rattache dans la légende au précédent, mais qui n’existait pas encore entre le XIe et le XIIe.Dans l’histoire du Gabou, il y a en effet trois grandes périodes :
- La période du « Gabou Baïnouk », qui précède Sun Diata.
- La période du « Gabou manding », qui suit immédiatement Sun Diata.
Le pays Gabou devient une Province fédérée de l’Empire du Mali.
- La période du Royaume du Gabou, qui débute au dernier tiers du XVIe siècle, avec la décadence de l’Empire du Mali et l’indépendancedu Gabou.
La tradition orale guelwaar concerne la seconde période, celle du Gabou historique. La tradition sérèer, pré-guelwaar se situe à une période où le Gabou manding n’existait pas encore. Lorsqu’elle rapporte que Lul Jom, fondateur de Loul Sessen est venu du Gabou aux Xe ou XIe, elle veut simplement dire « du pays Manding ». Gabou historique et Gabou mythique contiennent la même réalitéde civilisation, la civilisation malinké, à deux étapes de son développement, au Xe et au XIVe. « G abou » signifie alors « pays de peuplement et civilisation malinké ».
Ce sont les deux apports de la civilisation Malinké au Sénégal du Xe et du XIVe que nous allons étudier dans cette communication en cherchant à répondre à deux questions :
1) Quel a été l’apport de population du « Gabou » auSénégal, et particulièrement en pays sérèer, à chacune de ces deux périodes ?
2) Quel a été l’apport de civilisation du Gabou et quelles traces en demeurent actuellement ?
Le Gabou dans les traditions sérèer pré-guelwaar
Le mythe des Simala
« Le SIMALA, le KOYER et le PATIK sont venus du Gabou.
Ils étaient nés de la même mère.
Le Simala arriva le premier au bord de l’océan.
Il dit...
tracking img