L'empire du gabou - naissane, organisation et declin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1641 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]
INTRODUCTION.
Le Kabou est, de tous temps, un pays rural. Privilégié par une pluviosité plus importante et un réseau fluvial assez développé, le Kabou est peuplé d’une population nombreuse, groupée dans des villages vivant entièrement de la culture de céréales auxquelles il faut ajouter l’élevage de bœufs et de moutons, la chasse et la cueillette. La communauté villageoise, maîtresse deses terres, vivant de sa propre production, est, depuis les temps les plus reculés, la base de la civilisation dans toute cette savane soudano-guinéenne. A partir du XVe siècle cependant, le Kabou est ouvert au grand commerce atlantique et sert de voie de passage entre l’intérieur et la côte. Il n’en reste pas néanmoins un pays d’agriculture qui produit plus pour sa survie que pour les échanges.I) NAISSANCE
Le royaume du Gabou, d'après la tradition orale, a été fondé par le Malinké Tiramakan Traoré, l'un des généraux de l'armée de Soundiata Keita, le fondateur de l'empire du Mali. C'est au début du XIIIe siècle que celui-ci conquit la région qui allait devenir le royaume du Gabou, d'abord vassal de l'empire du Mali. Après la chute de cet empire, trois dynasties, toutes d'originemalinké, allaient régner sur le Gabou, les dynasties Nancoo, les Sané et les Mané, aux origine a la fois malinké, bainouk et diola. Avant l'arrivée des conquérants malinkés, la région était déjà habitée par des ethnies diverses, Diolas, Peuls, Baïnouks, Manjaques, Balantes, et par d'autres groupes mandingues : Sossés, Soninkés. Les bainouks étaient les rois de ce territoire avant l'instauration duGabou, ils avaient constitué de puissantes chefferies, qui formaient un vaste royaume, dirigé par un roi. Plus tard le royaume bainouk et ses provinces, devinrent vassaux du Kaabu. Celui-ci s'étendait des régions du sud du fleuve Gambie – aujourd'hui la Casamance , jusqu'au nord de l'actuelle Guinée-Bissau. Le royaume vivait d'une agriculture florissante (le Gabou était très boisé avec de vastesforêts, savanes et terres fertiles), de l'élevage et du commerce avec les Dioulas et les Européens qui établirent plusieurs comptoirs commerciaux, contrôlés par les Mansa (nom des rois du Kaabu) et de la traite atlantique
Le royaume du Gabou fut partagé entre trois puissances coloniales: l'Angleterre (Gambie), la France (Sénégal et Guinée) et le Portugal (Guinée Bissau); c'est pourquoi son histoireest restée longtemps mal connue et peu étudiée. Le Gabou voit le jour avec l'arrivée des Mandingues vers 1240 et connaîtra son plein développement entre le XIII et le XIXe siècle
II) ORGANISATION DE L’EMPIRE
Le Gabou était divisé en plusieurs provinces, toutes dirigées par des Mansa-ba, choisis parmi les dynasties régnantes. L'organisation sociale du Kaabu était très hiérarchisée. Il y avaitla noblesse, les hommes libres, les castés et les Captifs. Les Mansa protégeaient les Mandingues et les ethnies forestières (Diolas, Balantes, Manjaques), tandis qu'ils asservissaient les Peuls. Le royaume de Gabou entretenait avec les royaumes sérères du Sine-Saloum de très bonnes relations, d'ailleurs les Mansa du Gabou sont à l'origine dans le royaume du Sine et du Saloum de l'aristocratieguelwar, née de l'union entre les Sérères et les Mandingues venus du Kaabu qui partagent des origines avec les Mansa du Gabou. Le Gabou avait également de bonnes relations avec les royaumes wolofs et les petits États malinkés du Niani et du Wouli.
La société kabounké , comme dans tout le Soudan occidental, n’est pas structurée sur l’appropriation des terres par une féodalité nobiliaire ou divisée enclasses sociales antagonistes. C’est par rapport au pouvoir que l’on voit une catégorie de familles privilégiées qui détient le commandement sur la communauté et c’est par rapport au statut social basé sur les traditions anciennes que se définissent les individus. Aussi la société kabounké est-elle structurée selon le modèle soudanais en trois catégories : les hommes libres, les castés et les...
tracking img