L'empirisme de hume

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1543 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L'empirisme de Hume
Kant a dit de Hume qu'il est le philosophe qui "vint interrompre [son] sommeil dogmatique, et donna une tout autre orientation à [ses] recherches dans le domaine de la philosophie spéculative" (Prolégomènes, 260, p. 18). Cela ne peut étonner dans la mesure où la philosophie de Hume est avant tout critique. En ce sens, elle prend place dans le courant d'idées qui, au XVIIIesiècle, ruine les systèmes métaphysiques que le XVIIe siècle avait élaborés, en s'attaquant essentiellement aux deux notions qui en constituaient les fondements : la notion de substance et la notion de cause. On peut ainsi considérer Hume comme le fondateur de la philosophie moderne, le précurseur du kantisme et de la phénoménologie. Avec lui en effet, le problème central de la philosophie semblechanger. Il n'est plus celui de l'Être, mais celui du savoir humain. Il devient: "Qu'est-ce que connaître ?" et "Comment connaissons-nous ?"
I. Les limites de la connaissance.
Selon Hume, "la philosophie morale, ou science de la nature humaine, peut se traiter de deux manières différentes" (Enquête sur l'entendement humain, p. 47), chacune d'elles possédant son mérite propre. "L'uneconsidère l'homme principalement comme né pour l'action" (Ibid.), et tente d'améliorer ses mœurs en le menant à la vertu, tandis que l'autre considère "l'homme sous le jour d'un être raisonnable plutôt qu'actif" (Ibid.) et tente d'améliorer son entendement. L'homme en effet est un "être actif" et un "être sociable non moins que raisonnable" (EEH, p. 50), et "il semble […] que la nature a désigné un genremixte de vie comme le plus convenable pour la race humaine" (EEH, p. 51). La philosophie, si elle est utile en elle-même par "la satisfaction d'une innocente curiosité" (EEH, p. 53), doit donc permettre d'apporter une certaine exactitude à l'activité humaine. Or, cette exactitude passe par un examen, une enquête sur les pouvoirs de l'entendement, de manière à définir les bornes du savoir et"[cultiver] la véritable métaphysique avec soin pour détruire la fausse métaphysique adultérée" (EEH, p. 54).
Pour Hume : "On accorde que le dernier effort de la raison humaine est de réduire les principes, qui produisent les phénomènes naturels, à une plus grande simplicité et de résoudre les nombreux effets particuliers à un petit nombre de causes générales au moyen de raisonnements tirés del'analogie, de l'expérience et de l'observation. Mais les causes de ces causes générales, nous tenterions vainement de les découvrir; et nous serons toujours incapables de nous satisfaire en en donnant une explication particulière" (EEH, p. 90). L'existence de tels principes nous apparaît en effet comme une évidence, mais il n'est pas possible d'en démontrer l'existence car toute démonstration repose surle principe de contradiction. Or : "Il n'y a pas de fait dont la négation implique la contradiction" (EEH, p. 246). Dès lors : "La plus parfaite philosophie naturelle recule seulement un peu plus loin notre ignorance, et, peut-être, la plus parfaite philosophie morale et métaphysique sert seulement à découvrir que notre ignorance s'étend à des domaines plus vastes" (EEH, p. 90).
II. La théoriedes idées.
a. L'origine des idées.
Hume divise "toutes les perceptions de l'esprit en deux classes ou espèces, qui se distinguent par leurs différents degrés de force et de vivacité" (EHH, p. 64).
- Les premières, qui sont les moins fortes et les moins vives, sont communément nommées pensées ou idées.
- Les secondes, qui sont les plus fortes et les plus vives, peuvent être appeléesimpressions.
"Rien à première vue, ne peut paraître plus libre que la pensée humaine" (EEH, p. 64). Or, pour Hume, il ne s'agit que d'une illusion, dans la mesure où "elle est réellement resserrée en de très étroites limites et que tout ce pouvoir créateur de l'esprit ne monte à rien de plus que qu'à la faculté de composer, de transposer, d'accroître ou de diminuer les matériaux que nous apportent...
tracking img