L'enfant en miette

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3730 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
I)

PRESENTATION DE L’AUTEUR : Psychologue de formation, Pierre Verdier a été inspecteur de l'Aide sociale à l'enfance

(ASE), puis directeur de DDASS. Il a été directeur général de la fondation La Vie au grand air, qui gère des établissements et services en faveur de l'enfance. Au regard de sa bibliographie, c’est un spécialiste de l’adoption et de l’Aide Sociale à l’Enfance (Le guide del’Aide Sociale à l’Enfance - Bayard Editions, Paris 1993 ; L’adoption aujourd’hui - Bayard Editions, Paris 1994 ; Lexicode de l’Aide Sociale à l’Enfance, Bayard Editions, 1995 ; Face au secret de ses origines, Pierre Verdier, Martine Duboc, Dunod, 1996 […]). A la première parution de cet ouvrage, dans un but utopique pour l’époque, l’auteur voulait mettre en lumière les défaillances techniques de l’ASEet l’importance à accorder à l’enfant séparé. Je n’ai pas eu connaissance de grands débats à la suite de sa parution : toutefois, au vue de l’évolution de l’ASE, ce livre fait, aujourd’hui, référence dans cette matière.

II )

SUJET DU LIVRE : En avant-propos, l’auteur nous dit que, plus de 20 ans après la première édition de son

ouvrage, le constat est le même. Malgré les changementsadministratifs et les réflexions sur le sujet de l’Aide Sociale à l’Enfance, son livre reste « d’une étrange actualité ». En 1978 (date de la première édition), toutes les recommandations faites à l’ASE lui paraissaient utopiques mais il lui semblait important de les mettre en lumière. Depuis, diverses lois ont permis de réaliser son souhait : « passer d’un lieu de pouvoir à un service dont lepublic-usager peut faire usage ». Pourtant, en 1999 (date de la 6ème édition), l’auteur regrette qu’il faut encore lutter pour mettre en pratique cette avancée. En effet, il ne nie pas l’évolution profitable d’un point de vue strictement administratif et législatif de l’action sociale. Cependant, il insiste sur l’enfant luimême : tous ces changements bénéfiques de l’ASE n’ont pas résolu le problème de «l’enfant en miette ». Avec ce livre, Pierre Verdier va décrire sous une forme très critique l’ASE traditionnelle. Puis, pour remédier à toutes ces carences, il va expliquer l’évolution de l’ASE d’aujourd’hui passant par un autre regard, par une autre finalité, par une autre façon de faire, par une autre organisation et enfin par de nouveaux droits. Il a donc souhaité apporter tous les élémentsfacilitant le « pouvoir de réflexion » de chaque travailleur social sans remettre en cause l’utilité de l’ASE.

III )

RESUME DU LIVRE :

Dans une première partie, l’auteur a souhaité nous faire part de sa définition et de son analyse sur l’idéologie, la législation et la pratique de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) traditionnelle.

Tout d’abord, il définit l’ASE comme « un ensemble demoyens financés et organisés par la collectivité publique pour remédier aux difficultés économiques et éducatives de la famille et à l’inadaptation à une situation particulière des moyens d’existence et de protection mis à la disposition de tous ». Ainsi, en cas d’échec de l’éducation des enfants, dans un but palliatif et supplétif, l’ASE intervient. Ensuite, Pierre Verdier nous énumère les différentsfondements de l’ASE. Premièrement, le fondement historique de l’aide à l’enfant en difficulté provient des changements qu’ont connus l’entraide et la solidarité au fil des siècles. En effet, l’éducation des enfants dits sans famille est passée des mains de l’Eglise, au pouvoir royal. Par la suite, la Révolution Française a permis la proclamation de l’aide sociale comme un droit, inscrit par lasuite à l’article 25 de la Déclaration des droits de l’Homme. Celle-ci proclama le droit de l’assistance : cependant, ce droit peut se révéler un danger tant la mise à l’écart et la dépendance est importante. En résumé, l’ASE, de part son histoire, contient un grand défaut : l’exclusion. Deuxièmement, le fondement psychologique de l’ASE réside dans le « roman familial » de Freud. En d’autres...
tracking img