L'ennemi de beaudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1654 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse de L’Ennemi

Introduction
Il est question ici d’analyser L’Ennemi, le dixième poème de Spleen et Idéal qui fait parti du recueil de poèmes Les Fleurs du Mal de Baudelaire. Comme le mentionne le plan d’analyse, nous commencerons par étudier la forme, puis le style et enfin le contenu de ce poème.

I. La forme du poème
Dans ce poème, Baudelaire use d’un genre classique, lesonnet. Il est évident que l’auteur a un amour particulier pour cette forme puisqu’il l’utilise à outrance dans Les Fleurs du Mal. Dans le cas de L’Ennemi, il utilise, une forme irrégulière ou dite variée du sonnet (ABAB-ABAB-CCD-EDE). Quoique l’agencement des rimes diffère un peu des rimes du sonnet français classique, en choisissant cette forme, le poète s’est toutefois imposé un schéma formel,rigoureux et traditionnel. Il y a alternance masculine/féminine au niveau des rimes (age/eils ; dées/eaux ; rève/ eur/ie). Ce choix d'une alternance ABAB pour la forme du sonnet (et non ABBA) suggère l'idée d’une succession alternative entre les événements heureux ("soleil", "vermeils") et malheureux ("orage", "ravage"). En ce qui a trait aux vers, ils sont longs et égaux en longueur. Ce sont, en fait,des alexandrins : "Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage, ".

II. Le style
 Ce poème s'articule autour d'une suite de métaphores exploitant le thème des saisons et du climat. Autrement dit, ce poème se construit sur une métaphore filée. Quoique les procédés métaphoriques demandent au lecteur des efforts d’interprétation, le vocabulaire est assez simple et facile. Dans le deuxièmequatrain, le poète utilise un vocabulaire concret. Il use de mots qui représentent des objets ou des éléments visuels très forts : "la pelle et les râteaux", " les terres", "des trous grands", "des tombeaux". En revanche, la syntaxe est assez compliquée. Il y a juxtaposition entre les deux phrases complexes qui forment le premier quatrain :
 "Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage, Traversé çà et là par de brillants soleils ;
 Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
 Qu’il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils."
Cette juxtaposition s’observe par la présence du point virgule qui, avec le point (";" et "."), accentuent cette sorte d’alternance présente dans ce quatrain. Il existe aussi beaucoup de subordonnées dans le texte. Cequi rend, naturellement, les phrases assez longues. On note, par ailleurs, dans le deuxième quatrain, une personnification de l'eau. Cet élément, généralement porteur de vie, représente ici un fossoyeur morbide voulant à tout prix enterrer l’inspiration du poète. 
"Voilà que j’ai touché l’automne des idées,
 Et qu’il faut employer la pelle et les râteaux
 Pourrassembler à neuf les terres inondées,
 Où l’eau creuse des trous grands comme des tombeaux."

III. Le contenu
Le titre de ce poème évoque un conflit, un conflit sanglant entre l’homme et le temps. L'ennemi, dans ce poème, c'est "Le Temps (qui) mange la vie" et "Qui nous ronge le coeur". Le thème d'angoisse face au temps est une composante importante du Spleen deBaudelaire. On retrouve cette idée de crainte du temps dans d’autres poèmes tels que L'Horloge " Souviens-toi que le Temps est un joueur avide qui gagne sans tricher, à tout coup ! C’est la loi." et Le goût du néant "Et le Temps m’engloutit minute par minute". Comme on l’a dit tantôt, ce poème est construit sur une suite de métaphores. L’utilisation du pronom personnel (je) et des adjectifs possessifs(mon, ma) indiquent que l’auteur parle de sa vie. Il compare les étapes de sa vie aux saisons. Dans le premier quatrain, l’auteur compare sa jeunesse à l’été. Un été bouleversé par des intempéries :"ténébreux orage" (vers 1) et "le tonnerre et la pluie" (vers 2). L'orage symbolise ici la violence et ce mot rime bien avec ravage (vers 3) au niveau de la sonorité mais aussi au niveau du sens car...
tracking img