L'etat doit il satisfaire l'opinion publique?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1626 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’Etat doit-il satisfaire l’opinion publique?

Si l’on considère l’Etat comme une organisation politique et juridique et non dans le sens géographique, on peut s’apercevoir qu’il est en étroite relation avec la société, car celle-ci est, en outre la cause de son existence. Une société est un ensemble d’individus qui cohabitent dans un même espace .Ils ont par conséquent besoin d’une certainestructure et de règles pour vivre en paix, et c’est cette structure que doit leur apporter l’Etat.
L’Etat résultant du choix d’une majorité impliquée dans la réalité, doit il lui donner satisfaction, au risque de compromettre son impartialité, et de décevoir certains.
Nous allons d’abord étudier l’Etat, choix d’une majorité, et ce que cela implique, puis nous verrons comment l’Etat prend durecul face aux attentes de l’opinion publique, et enfin nous nous pencherons sur l’opinion publique et sur ce pourquoi l’Etat ne peut la satisfaire.

L’Etat résulte du choix d’une majorité. Dans nos démocraties européennes, on ne conçoit pas de vivre dans un pays qui ne disposerait pas d’un véritable Etat. Cet Etat, ce sont les citoyens qui le construisent et le développent. Le vote permet à ceshommes et à ces femmes de s’exprimer et de choisir celui qu’ils pensent pouvoir les représenter, selon leurs idées Hobbes exprime cela de façon plus simple, pour lui, on s'assemble pour choisir un chef et c'est le début de l'Etat. L’Etat est donc constitué suite à un désir, un besoin de ceux que l’on pourrait appeler: « l’opinion publique ». Le peuple fait l’Etat, il le façonne de façon à ce qu’ilréponde à ses attentes, ses besoins, ses désirs, tout en gardant un maximum d’équité, et en respectant les principes de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1948.
Cependant, l’Etat ne représente pas toujours réellement l’opinion publique, et on peut en déduire que de cette manière, il ne répond pas aux attentes du peuple. On peut se souvenir de la célèbre phrase du Roi Louis XIV : « L’Etatc’est moi! ». Or durant cette époque, en France, régnaient famines, maladies et profondes inégalités sociales qui touchaient surtout la majorité pauvre de la population : le Tiers Etat. En effet, malgré le fait que cette classe rassemblait plus des 9\10èmes de la population, elle n’avait pas son mot à dire dans les affaires de l’Etat et n‘était pas non plus au courant de ce que le Roi et sesministres décidaient pour elle. Outre cela, on peut penser qu’un seul homme, n’ayant même pas été choisi par son peuple, n’a pas la légitimité, ni les compétences nécessaires pour comprendre et satisfaire son peuple. Un seul monarque, disposant d’un pouvoir absolu, peut très bien arriver à se faire respecter de son peuple (par la force), sans réellement améliorer les conditions de vie de celui-ci.
On enarrive alors à l’idée que l’Etat a des devoirs envers la société qu’il dirige. Si l’on en revient à une époque plus récente, on peut dire que de nos jours, nous jugeons qu’il est légitime pour un citoyen de connaître les lois que votent ses représentants, les mesures prises par l’Etat, ses projets, etc.… l’Etat doit rendre des comptes à tous les citoyens, et il en va de son devoir d’informer lepeuple des mesures qu’il prend. Mais outre ce devoir d’information, il a également un devoir de satisfaction envers ses citoyens. Comme l’a dit le philosophe Maritain, dans L’Homme et l’Etat : « l’Etat est une partie spécialisée dans les intérêts de tout ». Il doit donc tenir compte des intérêts du peuple, et faire au mieux pour améliorer les conditions de vie de celui-ci, car c’est pour celanotamment qu’il a été créé.

En effet, il est parfaitement impossible pour tous les citoyens d’un même pays de partager les mêmes idées et de faire les mêmes choix. Nous différons tous les uns des autres et il n’existe pas en ce monde deux personnes strictement identiques, il est donc logique que nos choix en soient de même. Prenons l’exemple de la réforme sur les lois du divorce très discutées...
tracking img