L'etat et lapolitique economique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 27 (6671 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’ETAT ET LA POLITIQUE ÉCONOMIQUE

En matière économique, l’Etat assure potentiellement un grand nombre de fonctions et de tâches, qui vont de la définition et du contrôle des règles du jeu économique (concurrence1, protection des brevets) à la négociation des accords internationaux, en passant par la gestion de l’impôt et des dépenses publiques, l’émission de monnaie, la constructiond’infrastructures, la production de biens et de services (santé, éducation, transports, énergie), la régulation des relations sociales, le financement de la R&D et le développement de nouvelles technologies2 . Bien que l’intervention de l’Etat dans la vie économique soit ancienne (on peut donner comme exemple en France le colbertisme), ce n’est pas avant la crise de 1929 qu’elle s’est trouvée légitimée surle plan théorique. Les différents courants de la pensée économique s'opposent cependant sur la place que l'Etat doit occuper dans la sphère économique. Il existe ainsi des différences significatives, selon les pays et périodes, en ce qui concerne aussi bien la taille que les modes d’intervention de l’Etat. Traditionnellement, le modèle continental européen tend plus à favoriser les interventionsétatiques que le modèle anglo-saxon. Après les « Trente Glorieuses », qui ont se développer l'Etat-Providence et les dépenses publiques augmenter fortement dans le PIB, le poids de l'Etat dans la sphère économique a tendu à diminuer. Depuis les années 1990, sous l’influence du modèle anglo-saxon, les Etats confrontés à l’échec des politiques économiques des années 1970 ont mis en place des politiquesnéo-libérales de déréglementation et de privatisation redonnant une place accrue aux mécanismes du marché, y compris dans des secteurs d'activité auparavant considérés comme stratégiques et dominés par des monopoles publics (électricité, télécommunications). La crise économique de 2008-2009 pourrait remettre en cause cette évolution, présentée jusqu’à récemment par certains comme inéluctable.I Les fondements théoriques de la politique économique
La politique économique est l’ensemble des mesures prises par un gouvernement pour assurer et améliorer le fonctionnement de l’économie. Elle a principalement trois fonctions : 1. la fourniture de biens publics : recherche, éducation, gestion de l’environnement 2. la stabilisation macro-économique 3. la redistribution (entre agents etrégions) par l’intermédiaire des impôts et transferts sociaux. Une politique économique est dite : • « structurelle » quand elle vise à moderniser ou accompagner à long-terme l’évolution des structures économiques, au besoin en modifiant les institutions (politiques de recherche,
1

La politique de la concurrence (ou politique antitrust) vise à supprimer les pratiques anticoncurrentielles et les abusde position dominante permettant les rentes de monopole. 2 Aux Etats-Unis où, malgré le mythe du libre marché, l’Etat est très interventionniste, le Ministère de la Défense joue un rôle particulièrement important. La seule chose que le gouvernement s’interdit est posséder et contrôler directement des entreprises. Depuis les années 1980, il a joué un rôle moteur dans deux développements essentiels :l’émergence de la “valeur pour l’actionnaire” dans les entreprises et le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

1

d’éducation, réglementation du marché du travail) ; • « conjoncturelle » quand elle vise à remédier à court terme aux dysfonctionnements de l’économie. C’est de cette dernière catégorie que relèvent les politiques de stabilisation,dont les objectifs ont parfois été illustrés par le « carré magique » de l’économiste britannique Nicholas Kaldor (1908-1986) : croissance (forte) + inflation (faible) + chômage (réduit) + commerce extérieur (en excédent). Ces politiques sont mises en œuvre dans les situations de : • récession (ralentissement du taux de croissance du PIB) • stagflation (simultanéité d’une stagnation de la...
tracking img