L'etat selon rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1264 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
TD de droit constitutionnel

Sujet : L’Etat selon Rousseau.

Introduction : Le rôle et le pouvoir de l’Etat dans notre société constituent un sujet d’actualité permanent qui fait l’objet de nombreux débats et réflexions. L’Etat se définit aujourd’hui comme une autorité politique qui détient, sur un territoire et une population donnés un pouvoir institutionnalisé marqué, en particulier, par lemonopole de la contrainte. Ce que doit être l’Etat a été un sujet sur lequel Jean-Jacques Rousseau, écrivain et philosophe du XVIIIème siècle a longtemps réfléchi. Le cheminement de sa pensée se trouve résumé notamment dans son livre intitulé Du contrat social publié en 1762, qui s’apparente à un traité des institutions politiques. Ce livre intervient dans une période où le destin de l’homme etl’organisation de la société font l’objet d’intenses débats intellectuels, qui conduiront vers la Révolution Française de 1789. Certains héritages de la pensée de Rousseau se retrouvent encore dans la constitution de la Vème République. Aussi, est-il intéressant d’examiner comment Rousseau justifie l’existence et la légitimité de l’Etat tel qu’il le définit. Pour répondre à cette question, nousallons étudier l’origine de l’Etat selon Rousseau (I) et voir ensuite, sur quels principes fondamentaux, repose sa conception de l’Etat (II).

I- De l’état de nature à l’état social L’existence de l’Etat répond à une nécessité vitale pour Rousseau, c’est pourquoi l’Etat résulte de la volonté des hommes, dont il tire sa légitimité.

A- L’état de nature, point de départ de la théorie de Rousseau.Pour définir l’Etat, Rousseau s‘appuie sur un modèle théorique appelé « état de nature ». L’homme y serait libre et relativement heureux. Dans l’état de nature, l’homme serait un être non social et par conséquent bon : en effet, l’homme n’ayant pas de prochain puisqu’il n’est pas social, il ne peut pas lui vouloir de mal. Cependant, cet état de nature ne lui permet pas de s’épanouir et de développerl’ensemble de ses potentialités. Un certain nombre d’événements sont venus dégrader l’état de nature, constate Rousseau, et ont fait apparaître le malheur des hommes : « alors cet état primitif ne peut plus subsister, et le genre humain périroit s’il ne changeoit pas sa manière d’être ». Parmi ces maux figure, par exemple, l’émergence de la propriété privée : elle entraine l’apparition del’inégalité entre les hommes

-1-

créant de nouveaux sentiments comme la jalousie et des actes de violence. Les hommes vivent dans une insécurité de plus en plus grande et la perpétuation même de l’humanité est en péril. La vie dans cet état de nature ne pouvant perdurer, pousse les hommes à conclure entre eux un contrat.

B- Le contrat social, remède aux maux des hommes. Face à cet état de naturedégradé, Rousseau propose comme solution un pacte social : « ils n’ont plus d’autres moyens pour se conserver, que de former par agrégation une somme de forces ». Les hommes doivent adhérer volontairement et librement à cet accord. En effet, pour se protéger et garantir la survie de l’humanité, ils vont faire le choix d’abandonner leurs droits à la communauté et de se soumettre à une autorité nommée« Etat » qui va les représenter. Il se crée un consensus de la part des hommes visant à déléguer leur pouvoir à une autorité qui n’est pas incarnée (personne morale). L’Etat est donc le produit d’un commun accord entre les hommes. Ce contrat passé entre les hommes constitue l’acte de constitution de l’Etat. Cette conception de l’origine de l’Etat se rapproche de celle de deux autres auteurs duXVIIIème siècle, Thomas Hobbes et John Locke. Pour le premier, l’Etat est également le fruit d’un accord entre les hommes, mais à la différence de Rousseau, les hommes transfèrent leur pouvoir à un pouvoir politique supérieur, le Léviathan. Chez Locke, les hommes définissent une instance chargée de réaliser le droit. Contrairement à Rousseau où il s’agit de rompre avec l’état de nature où...
tracking img