L'etranger d'a camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (484 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L’étranger A Camus

« Moi j’écoutais et j’entendais… je ne lis rien que de monstrueux »

Questions :
1-Quelle est l’attitude du narrateur ?
2-Relevez les arguments du procureur. Vousparaissent-ils tous acceptables ?
3-Repérez les éléments de rhétorique présents dans son discours.
4- quels autres éléments non verbaux appuient l’efficacité de son discours ?.

Réquisitoire du procureurSituation
Publié en 1942, l’étranger est intégré au cycle de l’absurde constitué de Caligula, le mythe de Sisyphe.
Ce récit dépouillé est raconté à la 1ère personne par Meursault, anti héros passifet résigné qui constate son étrangeté au monde

Un accusé étranger à son procès
Le texte repose sur le discours : le narrateur retranscrit le réquisitoire du procureur aux DD DIL DI .
L’attitudedu narrateur est étrangement détachée, il ne se sent pas concerné mais seulement intéressé par le discours. Son regard est fait d’incompréhension « je ne comprenais pas » » tant d’acharnementm’étonnait ».L’étrangeté tient aussi au calme de ses propos et à la virulence verbale du procureur. Le narrateur fait preuve de » bonne volonté » voire « d’affection » et semble alors très loin du monstre évoquépar le procureur. Le point de vue du narrateur offre alors un regard ironique sur la scène : le discours du magistrat frisant le ridicule et l’absurde en raison de sa démesure.

Le procureur etses effets
Le 1er argument repose sur l’intelligence du prévenu. Le procureur sous entend qu’il ne peut donc plaider l’irresponsabilité.
Ensuite, il l’accuse de ne pas regretter son geste, den’éprouver aucun remords « a –il seulement éprouvé des regrets »
Puis il développe l’absence d’âme de l’accusé celui-ci n’étant qu’un monstre dépourvu d’humanité « rien d’humain » et dangereux pour la société.L’argument qui suit compare le parricide à l’insensibilité filiale de Meursault ; il transforme l’absence d’émotion en matricide « il tuait moralement sa mère ». Cet argument est démesuré et...
tracking img