L'etranger - l'enterrement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1125 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'enterrement - Chapitre I - pages 26 à 29

Introduction

Camus : la première partie de sa vie en Algérie / son amour pour ce pays, colonie française.
Premier roman publié de Camus en 1942. Genèse : « Le Premier Homme », manuscrit non publié / Camus insatisfait.
Le roman et son audace narrative : narrateur 1ère personne par le perso principal, Meursault ; passé composé ; pas deréponse claire sur la psychologie du personnage ; refus du pathétique ; pas d'intrigue véritable ; roman du quotidien.
Roman aux multiples interprétations : critique de la justice, de la peine de mort ; Algérie française divisée en deux communautés ; roman raciste ou au contraire, antiraciste ; sensualité de l'Algérie ; thèse de l'absurde qui rejoint la conception de Jean-Paul Sartre dans « LaNausée ».

I/ Meursault, un homme insensible

A) L'irrespect des convenances et conventions sociales : Meursault est étranger à la société
- Pas de larmes ;
- fume, boit du café au lait ;
- refuse de voir le corps de sa mère ;
- pas de prolepse par rapport à sa mère ;
- bémol à cet irrespect : il emprunte une cravate et un brassard noirs pour l'enterrement à Emmanuel : « Il a perdu sononcle, il y a quelques mois. » (p. 10).

B) Un homme en phase avec la nature : Meursault n'est pas étranger à la nature algérienne
- Lien fort avec le soleil, le ciel : référence à l'Algérie française que Camus a connue et aimée (c'est un élément autobiographique du roman) ;
- voir aussi l'origine du nom de Meursault : Mersault dans « La Mort heureuse » = mer + soleil selon Camus ; peut-être meurt+ soleil dans « L'Etranger » (Camus ne l'a pas expliqué).

C) Un homme attaché aux détails
- La progression de Perez lors du cortège funèbre, un personnage dont le visage ridé ne laisse pas s'écouler de larmes, ce qui symbolise la douleur et le grotesque de la condition humaine (visage détruit = description laide du vieux monsieur) ;
- la marche digne du directeur ;
- le chapeau du voiturier;
- l'analyse de la remarque de l'infirmière alors que cette remarque est simple et logique et qui est presque comique ;
- l'odeur du cuir et du vernis qui incommode Meursault et le fatigue.

D) Pas de sentiments mais de fortes sensations
- Une chaleur écrasante rappelée tout au long du passage : le soleil semble très important dans la vie de Meursault, compagnon des moments heureux commemalheureux, énergie vitale, presque un guide ; c'est lui qui le conduira d'ailleurs au meurtre, tournant du roman et de la vie physique et psychologique de Meursault ;
- les odeurs (cuir, vernis), les couleurs (voire anaphore sur le noir puis en fin d'extrait l'opposition entre le rouge et le blanc qui associés matérialisent le corps absent de la mère disparue).
II/ Meursault et le sentiment del'absurde

A) Une condition d'homme faite de petites choses et de dérisoire
- Construction de l'extrait comme une accumulation de faits racontés par le narrateur sans lien de cause à effet, sauf celui de la pensée qui arrive par fulgurance et non par réflexion ;
- c'est très marquant dans la dernière phrase : aucune hiérarchie des faits, pas de valeurs et pas de sens, tout se vaut : l'existenceest ainsi, constituée de petits faits mis bout à bout par hasard, qu'aucun critère de valeur ne vient hiérarchiser : tout s'additionne ;
- de plus, le dérisoire des rites humains est marqué par une ellipse, celle de la cérémonie religieuse ;
- puis il y a l'étrange évocation de la « joie » de rentrer chez soi et de pouvoir dormir, dans les dernières lignes de l'extrait, alors qu'on est dans unévénement qui est censé être des plus tristes : c'est le refus du pathétique, la douleur étant exprimée ailleurs, par les « géraniums rouges » ou « la terre couleur de sang ».

B) Une transparence psychologique qui n'est qu'apparente
Meursault a conscience de l'absurde et contrairement à la perception que le lecteur peut en avoir, c'est un personnage qui ressent des choses, mais il ne les...
tracking img