L'etranger

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4053 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Pierre Corneille. Les comédies de Corneille, une étape dans l’évolution du genre. Les tragédies de Corneille : valeurs morales et politiques. Les aspects dramaturgiques. La langue de Corneille.

P.C. est le premier grand représentant du Classicisme. Son œuvre marque le début de l’esthétique classique.

1. Vie
C est né a Rouen*, en 1606, dans une famille de magistrats où il accomplit sesétudes secondaires chez les jésuites** et se destine a une carrière d’avocat. Peu doué d’éloquence il renonce à plaider et se consacre au théâtre. Il se marie en 1640 et aura 7 enfants.

*A cette époque Rouen était une ville culturelle très importante, elle était la troisième ville française (après Paris et Lyon) par le nombre des éditeurs- 82 librairies

** Jésuites- ordre religieux(Ignace de Loyola) qui introduit un esprit de modernité dans la doctrine chrétienne. D’après les jésuites la culture préchrétienne est compatible avec la culture chrétienne. Ils créent un système d’écoles humanistes.

On peut diviser sa carrière en deux grandes étapes:
• 1-er étape- 1629-1636- 7 années- Corneille crée un certain nombre de comédies [Mélite (1629 première œuvre) ; Clitandre oul’Innocence persécutée (1631) ; La Veuve (1632) ; La Galerie du Palais (1633) ; La Suivante (1634) ; Médée (1635) ; L’Illusion comique (1636) ]
• 2-nde étape- 1636-1674- une création intense de tragédies[Le Cid (1636 connu aujourd'hui universellement) ; Horace (1640) ; Cinna ou la Clémence d'Auguste (1641) ; Polyeucte (1642) ; La Mort de Pompée (1644) ; Le Menteur (1644) ; Rodogune (1644) ;Théodore (1646) ; Héraclius (1647) ; Andromède (1650) ; Don Sanche d’Aragon (1650) ; Nicomède (1651) ; Pertharite (1652) ; Œdipe (1659) ; La toison d'or (1660) ; Sertorius (1662) ; Sophonisbe (1663) ; Othon (1664) ; Agésilas (1666) ; Attila (1667) ; Tite et Bérénice (1670) ; Psyché (1671) ; Pulchérie (1672) ; Suréna (1674) ]
2. Les comédies de Corneille
C commence à écrire des comédies dans lesannées 20. C’est le genre farcesque qui prédomine à cette époque (La farce est un genre dramatique qui a comme but de faire rire et qui a souvent des caractéristiques grossières, bouffonnées, et absurdes.). C va rompre avec la farce car elle ne correspond aux exigences de l’époque, du public bourgeois et raffiné, soucieuse d’une éthique et des convenances morales.
C introduit un certain nombred’éléments nouveaux :
-Le sujet par excellence est le mariage -Les personnages sont de jeunes gens, des bourgeois cultivés, bien instruits. Ils parlent d’une façon naturelle et simple.-Il n’y a pas vraiment de conflits mais des malentendus, péripéties qui finissent toujours bien- par la conclusion d’un mariage –Ce n’est pas le rire mais le plaisant qui compte
Les comédies de C sont un témoignage de l’ascension de la classe bourgeoise.
En1629 C écrit sa première comédie- Mélite
Mélite est une pastorale mais, et c’est là sa nouveauté, Corneille l’a transposée en ville, et l’a dotée d’un langage moderne, celui des « honnêtes gens », c’est-à-dire la langue de la jeunesse de cour. L’intrigue en est compliquée. Mélite connait un grand succès.Par cette comédie, C introduit le style naïf, naturel.
Résumé : Un prétendant dédaigné montre à son rival heureux de fausses lettres de sa bien-aimée. Cet artifice entraîne une série de catastrophes et, croit-on, la mort des héros. Mais ce n’est qu’apparence. Par un heureux retournement, tout finit par un double mariage. Quand Mélite paraît à sa...
tracking img