L'etranger

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1322 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

« Léah ? Léah ? Réveille-toi, tu vas rater le bus scolaire. Veux-tu arriver en retard ? »
Léah ouvrit les yeux et regarda sa mère.
« Quelle heure est-il ? » demanda-t-elle en se glissant hors des draps blancs immaculés.
« Il est quatre heures... Allez, dépêche-toi... »
La jeune fille passa par la salle de bain et la cuisine avant d'aller chercher des sacs d'au moins un bonkilo chacun dans le grand placard de sa chambre. Elle le tira tant mieux que mal dans les deux étages de la demeure, pour arriver sur le seuil de la porte où sa mère tenait un manteau noir et un dossier.
« Tiens, ma chérie. Soit sage. Travaille-bien. Trouve-toi des amies. Ne te couche pas trop tard et fait en sorte de revenir avec le meilleur bulletin que tu n'ai jamais pu faire ! Je t'aime. »Léah restait bien silencieuse face à sa génitrice souriante qui lui tendait paisiblement ses affaires. Elle leva la tête, attrapa le manteau qu'elle enfila de suite, et rangea le dossier dans un des deux sacs qu'elle transportait.
Léah referma doucement la porte derrière elle. Elle n'avait adressé aucun mot à sa mère en partant, elle gardait les yeux au sol, comme vide. Comme rongée par quelquechose. Elle avait l'air forcée mais sans aucune résistance elle faisait ce qu'elle devait faire. Où allait-elle comme ça ? Sacs à la main, sourire effacé, sans un mot...

Premier chapitre

Assise dans le bus, Léah regardait les arbres dehors. Ils étaient tous morts … L'hiver était froid et rude, ici. Mais Léah, elle, allait changer d'horizon. Et ça, pendant quelques temps à partir de maintenant.Le bus s'arrêta, plusieurs personnes montèrent. Et il redémarra aussi vite. Une jeune fille, bottes de combat, bracelets et collier à piques, s'arrêta en regarda Léah qui n'osa même pas lever les yeux.
La place elle est libre ? Demanda-t-elle en pointant la place à côté de Léah.
Oui... Elle est libre
Je peux m'asseoir, alors ?
Oui, oui. Je t'en prie.
La jeune fillequi venait de prendre place dévisagea rapidement Léah, puis lui demanda:
Dis , pourquoi t'es là, toi ? T'as l'air d'une fille de bon milieu pourtant … !
Écoute, on ne se connait même pas... Alors je ne suis pas en mesure de te raconter ce qui s'est passé.
T'affoles pas, j'me demandais juste, arrête, reste calme.
Et toi, alors ? Pourquoi tu es là ?
Moi ? Pourpleins de raisons différentes. Mes parents en avaient marre de moi et de mes conneries, alors ils se sont dit qu'un internat pour fille comme celui-là devait être pas mal pour que je me reprenne en main, comme ils disent... Tes parents voulaient se débarrasser de toi, toi aussi ?
Non... Justement.
T'es toujours pas décidée à m'raconter, c'est ça ? T'sais, ça fait du bien de temps entemps ! Au faite, moi, c'est Automne.
Automne ? Que c'est beau ! Moi, je me nomme Léah. Et si je vais à Saint-Hélène, c'est parce que ma mère m'avait laissé trop de libertés, et que j'en ai un peu trop profité...
Merci, mais, je dois t'dire que j'capte pas trop. T'as fait quoi en faite ?
Sache que je suis issue de bonne famille. Je vis avec ma mère, mon père et mes deux sœurs.Chez nous, beaucoup de choses sont proscrites … Manger avec les doigts, regarder la télé après 21 heures … tout ça, c'est interdit.
Ah ouais ! Pas grand chose pour foutre les nerfs aux parents quoi !
C'est ce que je voulais dire , oui … Et, pendant un séjour de ma famille dans la ville voisine, j'ai décidé d'inviter deux ou trois amies à la maison avec l'accord de ma famille,évidemment... Mais c'est vite devenu une fête, et j'ai perdu tout contrôle. Tout était dévasté, sale, horriblement colonisé par tout ce qu'on ne voulait pas chez nous … Et ils sont rentrés avant que j'ai pu faire quoi que ce soit.
Et ils t'envoie en internat pour ça ? C'est abusé attend ! Tu leur as dit quoi ?
Que voudrais-tu que je réponde ? Je n'ai pas le droit de contester les idées...
tracking img