L'etranger

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1428 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Rédaction
Observations :

Sujet de rédaction
Vous racontez dans votre journal intime un moment de grande peur qui eu une fin heureuse.
Vous ferez alterner récit et expression des sentiments, et vous ne manquerez pas d’inclure dans un passage argumenté votre combat entre la peur et la raison.

La peur de la solitude
Mercredi 21 Juin 1991

Aujourd’hui c’était le pire jour de ma vie.
Mesparents sont morts.
Ils étaient partis acheter des ventilateurs au supermarché de Madon qui se situe à 25 kilomètres de chez nous. Il faisait une chaleur atroce et on ne supportait plus de transpirer à longueur de journée. Il faut dire que jamais il n’avait si chaud ici et personne n’était prêt a affronter cette canicule. Ils étaient donc partis à 14h30 pour nous achetez de quoi nous rafraichiret a 18h00, ils n’étaient toujours pas revenus. Je commençais à m’inquiéter lorsque le téléphone a sonné et que l’on m’a annoncé la pire nouvelle que j’aurais pu imaginer ; mes parents étaient morts dans un accident de voiture. C’est bizarre car je n’ai pas pleuré ni a ce moment la ni après ; tous ce que j’ai ressentis c’était la peur. J’ai demandé a mon interlocuteur si je pouvais les voir elil m’on dit que ca n’était pas possible car ils avaient été transportés dans un endroit dont je n’ai pas bien compris le nom mais je suis sure que c’est un endroit désagréable et c’est pour ca que l’on ne me laisse pas les voir. Il m’a ensuite dit qu’un enterrement serait organisé dans une semaine. C’était trop long je voulais les voir avant ! Et puis ce sont mes parents quand même ! Je ne pouvaispas le croire, je refusais d’y croire ; pourquoi à moi une fille de 14 ans pas encore assez indépendante pour vivre seule ; pourquoi à moi qui aimait si fort mes parents, qui les avais toujours respecté, supporté,  aidé et tant aimé ! Jamais je ne m’étais imaginé la vie sans eux ! Qu’est ce que je vais devenir ? Il n’y a pas d’orphelinat dans la région et je ne veux pas partir loin ! Il faut queje me calme ! Je suis surement en train de rêver et demain je vais me réveiller a côté de mes parents saints et saufs.

Jeudi 22 juin 1991
Ce n’était pas un rêve je suis bien dans la vie réelle et mes parents sont morts hier. Cette nuit j’ai eue de mal à m’endormir car je pensais à ce que j’allais devenir. On allait surement m’oublier et je serais obligé de vivre dans la rue et de mendier auxpassants des pièces pour vivre. J’allais aussi mourir moi, mais de faim et de souffrance. Cela ne pouvait pas être vrai ! Depuis hier le téléphone à sonné des dizaines de fois pour pouvoir parler a mes parents et moi j’étais donc la personne qui devait annoncer la mauvaise nouvelle. Personne ne m’a appelé pour me dire où j’allais vivre désormais et je commençais à m’inquiéter sérieusement. J’avaisl’impression que l’on m’avait oubliée. La rue, c’est la seule chose à laquelle je peux penser en ce moment. Je n’arrive pas à me dire qu’il peut m’arriver autre chose. La seule solution c’est la rue. J’ai peur, oui, j’ai même très peur ; j’ai peur de la solitude, de la mort, de l’abandon, de la souffrance. Je ne sais plus quoi penser ; je ne pleure pas, je ne veux pas, je ne peux pas mais je suisterrorisée car je suis à présent soumise à tous les risques de la vie sans personne pour me protéger. Si j’avais un grand frère ou une grande sœur qui serait là pour m’aider et me soutenir même dans les moments difficiles, mais lamentablement je suis fille unique et je suis donc maintenant seule. J’ai toujours eue peur de la solitude, c’est ma plus grande peur. C’est pourquoi je n’ai jamais étéseule. J’ai toujours eue mes parents à mes cotes pour m’aider. Par contre je n’ai pas comme toutes les autres filles de mon âge un groupe d’amis. Pourtant a l’école je ne me sentais pas seule car je savais que a la sortie mes parents m’attendaient. La vérité c’est que je n’ais jamais eu d’amis parce que j’avais peur que l’amour que j’ai pour mes parents cesse a causes des idées que nous mettent...
tracking img