L'europe au lendemain de la guerre mondiale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4457 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
QUEL BILAN POUR LA SECONDE GUERRE MONDIALE ?
De 1939 à 1945, le carnage et les destructions, tant d’un point de vue humain, matériel que moral, ont été sans précédent dans l’histoire des hommes. Peu de pays ont été épargnés et le choc a été considérable.
Le soucis de tous en 1945 est donc d’éviter le retour d’un tel cataclysme. Toutefois, à la faveur de la guerre, un reclassement importantentre états s’est opéré : deux nouvelles puissances, les Etats-Unis et l’Union Soviétique, émergent, alors que la vieille Europe, principale victime de la guerre, n’est désormais plus au centre des décisions internationales.
Ainsi est-il possible d'affirmer qu'à tout point de vue, la seconde guerre mondiale est une rupture fondamentale dans l’histoire du XXème siècle et que le monde qui sereconstruit en 1945 n’a plus grand chose à voir avec celui d’avant-guerre.

A/ DES DEGATS CONSIDERABLES

1/ Humainement, une tragédie

La seconde guerre mondiale a été, à tout point de vue, une catastrophe sans précédents :
- 50 à 60 Millions de mort en tout.
- les civils particulièrement touchés (bombardement de terreur à Dresde en février 1945 : 135 000 morts , les fusées V1-V2 surLondres, les bombes atomiques, la déportation, les rationnements et même la famine...
L’URSS est la plus touchée : 20-25 millions. C’est elle qui a supporté l’essentiel de la machine de guerre allemande, c’est là aussi que les combats on été menés avec le plus de cruauté.
Puis :
- l’Allemagne : 7 millions,
- la Pologne : 5,5 millions, soit 15% de la population du pays, ce qui enfait le pays le plus meurtri de la guerre,
- le Japon : 3 millions,
- la France : 600 000,
- les Etats-Unis : 350 000.
Ces pertes ont creusé des trous dans les populations qui se verront longtemps dans les pyramides des âges.
Dans ces drames, n’oublions pas non plus les déplacements de population :
- plus de 10 millions d’Allemands d’Europe de l’est sont en fuite,- 7 millions de Japonais quittent l’ex-empire nippon,
- enfin déplacements considérables en Europe au gré des redécoupages de frontières : Polonais, Tchèques, Soviétiques... qui tendent à se déplacer vers l’ouest.

2/ Matériellement, des dégâts considérables

L’Europe est encore la plus touchée : en tout, la production industrielle de l’Europe a baissé de 50% par rapport à 1939.L’URSS de l’ouest (l’URSS “utile” est ravagée). De même la Pologne, pays martyr de la guerre (80% de son industrie).
La France fait partie des pays très touchés : 80% des ports sont détruits. Trains, ponts et canaux sont ravagés. Les prélèvements allemands ont été considérables.
Les villes allemandes ont beaucoup soufferts. La liste est longue de ces villes anéanties (Cologne, Dresde°.La Grande Bretagne a subi des dégâts logiquement moins importants puisqu’elle n’a pas connu l’occupation.
Financièrement, les pays européens sont ruinés, l’endettement a explosé dans tous ces pays.
Le retour au quotidien après 1945 s’annonce donc très difficile (détresse, déportation, rationnement...). Les premières années de l’après-guerre sont bien souvent des années de misère.3/ Moralement, un traumatisme

La seconde guerre mondiale a marqué le franchissement par les hommes d’un nouveau pas dans l’horreur.
La tuerie de masse, pour des raisons idéologiques, de millions de civils avec des moyens souvent épouvantables a été systématique (cf. les “médecins de la mort” d’Auschwitz).
La découverte des camps constituent un traumatisme considérable. AAuschwitz, on a exterminé 1 million de personnes, à Treblinka 750 000... Localement, les massacres gratuits se sont multipliés : comment oublier la population du petit village d’Oradour sur Glane, exterminée en 1944 pour rien par des Allemands en pleine débâcle ? Jamais des hommes n’avaient commis de telles barbaries. La civilisation européenne peut avoir l’impression d’un immense retour en arrière....
tracking img